fbpx

Cameroun Actuel

Mani Bella appelle à la solidarité des médias pour Bruno Bidjang

Bruno Bidjang

Dans un contexte où la liberté d’expression est mise à l’épreuve, la chanteuse de Bikutsi, Mani Bella, exhorte les hommes de médias à réagir à la détention du journaliste Bruno Bidjang. Ce dernier, directeur général des médias du groupe de presse L’Anecdote, est actuellement détenu depuis le 7 février 2024, dans une cellule du Secrétariat d’État à la Défense à Yaoundé, pour des raisons encore officieusement dévoilées.

Les accusations portées contre Bruno Bidjang incluent « incitation à l’insurrection, atteinte à la sûreté nationale et incitation au soulèvement ». Ces accusations sont liées à son émission « DECRYPTAGE » du 2 février 2024, où il recevait le député de l’opposition Cabral Libii, ainsi qu’une vidéo sur son compte Facebook appelant les Camerounais à s’indigner contre l’augmentation du prix du carburant.

La chanteuse Mani Bella, connue pour son engagement et son franc-parler, estime que ses confrères journalistes devraient manifester leur solidarité envers Bruno Bidjang, tout comme ils l’ont fait suite à la sortie de sa chanson controversée « Dagobert » en décembre 2023. À l’époque, la chanson avait suscité une vive réaction de la part d’une majorité d’internautes et de nombreux médias en raison de ses paroles jugées obscènes.

Dans un post sur Facebook daté du 12 février 2024, Mani Bella interpelle les médias camerounais en demandant : « Chers médias du 237, vous avez apparemment un de vos confrères en cellule [Bruno Bidjang, ndlr]. Vous ne dénoncez pas ? Ou alors ce sont uniquement les artistes qui doivent aussi le faire ? Ou bien vous attendez parler du prochain scandale de Mani Bella sans caleçon ? »

La réaction de Mani Bella souligne la nécessité d’une solidarité interprofessionnelle face aux défis actuels de la liberté d’expression au Cameroun. La situation de Bruno Bidjang met en lumière les pressions exercées sur les journalistes et la nécessité de défendre la liberté d’informer sans craindre des représailles injustifiées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi