fbpx

Cameroun Actuel

Lutte contre l’insalubrité : les villes camerounaises envisagent des solutions innovantes

Ordures ménagères

Le problème persistant de l’insalubrité dans les grandes métropoles camerounaises, malgré les mesures déjà prises, suscite des initiatives innovantes. À Douala, par exemple, le Maire Roger Mbassa Ndine explore de nouvelles voies pour faire face à l’insuffisance de l’entreprise Hysacam (Hygiène et salubrité du Cameroun), qui se trouve dépassée par la croissance rapide de la population estimée à 4 millions d’habitants.

La cessation périodique des activités par Hysacam a entraîné une hausse de l’insalubrité en milieu urbain. Face à cette situation, la Mairie de Douala a décidé de mettre en place une Régie de Propreté Urbaine (RPU) pour remédier aux insuffisances d’Hysacam. Bien que créée en juillet 2023, la RPU n’est pas encore opérationnelle. Le Maire rassure cependant que la régie sera fonctionnelle dans environ six mois, avec une intervention ciblée sur certains axes.

Une autre solution envisagée par les autorités est le renforcement financier d’Hysacam, principale entreprise chargée de la collecte des ordures ménagères dans plus de 10 villes camerounaises. Le Maire de Douala a déclaré qu’ils prévoient de renforcer les moyens d’Hysacam d’ici la fin de l’année pour permettre une mobilisation accrue des camions.

En parallèle, la création de la RPU de Douala, dont les missions comprennent la planification et l’organisation des horaires et jours de nettoyage, ainsi que l’entretien des espaces verts, vise à diversifier les approches pour lutter contre l’insalubrité.

Cependant, en attendant la mise en œuvre de ces initiatives, Douala continue de faire face à une quantité importante de déchets. Le Maire indique que la ville produit environ 2 700 tonnes d’ordures ménagères par jour, mais seulement environ 70% de ces déchets sont collectés en raison de zones inaccessibles aux camions d’Hysacam.

En plus de la création de la RPU, une autre solution consiste à déplacer la décharge de Nyalla à Ngombe, avec l’intention d’établir un pôle industriel moderne et de mettre en place le tri sélectif et potentiellement la transformation des déchets.

Il est à noter que d’autres grandes villes camerounaises, comme Yaoundé, cherchent également des solutions novatrices pour lutter contre l’insalubrité, notamment en explorant de nouveaux prestataires pour aider les entreprises existantes. Des sources internes à la Mairie de Yaoundé indiquent qu’on envisage la création d’entreprises dans chaque arrondissement pour optimiser les opérations d’assainissement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi