fbpx

Cameroun Actuel

lors de sa randonnée, le soldat s’est-il trompé de chemin avant de tomber ?

l’essentiel
Le général Jean-Louis Georgelin est décédé le 18 août, après être tombé d’un chemin situé sous le col de Faustin, dans les Pyrénées. Il avait fait une randonnée ce jour-là, l’emmenant au mont Valier. Selon un guide de haute montagne, le général a peut-être pris le mauvais chemin lors de la descente. Il est en effet déconseillé de passer par le Col de Faustin dans cette direction.

Le corps sans vie du général Jean-Louis Georgelin a été retrouvé le 18 août 2023, dans un éboulis, en contrebas du chemin situé sous le col de Faustin, dans les Pyrénées. Les premiers éléments de l’enquête favorisent la thèse de l’accident survenu lors de sa randonnée. Les investigations ont établi que la victime était décédée, vers 20 heures, lors de la descente, « au niveau d’un passage rocheux particulièrement escarpé », a communiqué le parquet.

A lire aussi :
Décès du général Jean-Louis Georgelin : « Une chute majeure au niveau d’un passage rocheux particulièrement escarpé » à l’origine du décès

L’homme avait entrepris de gravir le Mont Valier, le plus haut sommet du Couserans comme on aime à le dire dans ce territoire. Si certains estiment que « la zone n’est pas dangereuse et très fréquentée, il y a plus d’une centaine de passages par jour », précise Patrick Laffont, le maire de Bordes-Uchentein, la commune où s’est déroulé le drame, tout dépendra peut-être de la chemin parcouru.

Un parcours d’alpinisme

A l’annonce du drame dont il n’était pas au courant à cause d’une randonnée sur un autre massif, un guide de haute montagne a lâché : « C’est classique. C’est un itinéraire d’alpinisme, il a dû se tromper et il est tombé ». Le général n’aurait pas dû se trouver sur le chemin sous le col de Faustin.

A lire aussi :
Décès du général Jean-Louis Georgelin : « Le secteur du Mont Valier n’est pas considéré comme particulièrement dangereux »

Pour randonner en toute sécurité, il faut emprunter « du refuge, le chemin qui permet de monter jusqu’au Mont Valier, en s’approchant du col. Souvent, les randonneurs continuent jusqu’au Petit Valier et au Col de Peyre Blanque », précise le guide. La balade est sportive mais elle vous emmène sur les crêtes, nécessitant de la vigilance mais réduisant les risques.

Mont Valier
Photo d’illustration.

Les problèmes surviennent au retour. « Pour le retour, les randonneurs préfèrent faire une boucle et, au lieu d’emprunter le même chemin, décident de rejoindre le refuge depuis le col de Faustin », explique le guide.

Au bout : les falaises

Pourtant, sans le savoir, le chemin qu’ils empruntent s’avère être un itinéraire d’alpinisme. Au bout du chemin : des falaises, « des pentes raides équipées de…

Lire la suite de l’article sur nouvelles-dujour.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi