fbpx

Cameroun Actuel

L’ex-évêque Vitus Huonder enterré à Ecône, à côté de Mgr Lefebvre

Face à Zurich lors du premier acte de la finale de National League, Lawrence Pilut a passé près de 29 minutes sur la glace. Malgré la défaite, le Suédois en aurait même accepté un peu plus.

S’il fallait illustrer la passion pour le hockey sur glace, mettre une photo de Lawrence Pilut ne serait pas une mauvaise idée. Au moment de l’interview d’après-match et en dépit d’une défaite 2-1 au sortir de la première rencontre de la finale de National League, l’arrière suédois arborait le sourire de quelqu’un qui a pris un immense plaisir sur la glace.

« Parce que c’est excitant, lance le numéro 20 du LHC avec ses yeux bleus grands ouverts. Ce n’est pas souvent que tu peux jouer une finale. Ce fut une rude bataille des deux côtés et maintenant on est concentré sur le deuxième match chez nous jeudi soir devant notre public. »

Près de la moitié du match

En regardant le match, on avait le sentiment de voir Lawrence Pilut une présence sur deux. Un sentiment confirmé par le temps de jeu du Suédois qui a griffé la glace durant 28’50, soit près de la moitié des 60 minutes de la partie. Privé de Christian Djoos, malade, le coach lausannois Geoff Ward a dû revoir son plan de match et répartir les minutes de son défenseur numéro un. Et logiquement, Pilut était un candidat tout désigné pour assumer une plus grosse charge de travail.

« Il a un bon moteur, image l’entraîneur des Lions de Malley. Il peut même jouer davantage si l’on a besoin de lui. » De son côté, l’ancien défenseur des Rochester Americans ne se plaint pas du tout de cette charge de travail supplémentaire. « Jamais fatigué! Jamais fatigué, martèle-t-il. J’aime jouer. C’est assez évident pour moi, cela fait partie de mon jeu. J’adore jouer beaucoup de minutes et plus je joue, mieux je me sens dans le match. Evidemment qu’il y a parfois un ou deux shifts plus compliqués, mais on doit faire en sorte de minimiser les creux. » Christian Djoos devrait être de retour jeudi et Lawrence Pilut retrouver ses 22-23 minutes de glace.

Energie et passion

Et le Scandinave de réitérer son amour pour son sport: « Tu as envie de jouer, c’est ce feu qui brûle au fond de toi. Plus tu joues, plus tu as envie de jouer. Et quand en plus tu as l’opportunité de jouer une finale, c’est incroyable. »

Lawrence Pilut se réjouit forcément de sauter sur la glace jeudi soir à l’occasion du deuxième match de cette finale: « On a eu nos chances mardi, c’était…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi