fbpx

Cameroun Actuel

Les musulmans des zones rurales du Cameroun sont invités à donner la priorité à l’amour plutôt qu’au matérialisme dans le mariage

Alors que les musulmans du monde entier célébraient mercredi la fête du Ramadan, les fidèles musulmans de Kuvlu, une communauté de la région du Nord-Ouest du Cameroun, ont été invités à donner la priorité à l’amour plutôt qu’à la richesse matérielle dans le mariage.

S’adressant à la congrégation à la mosquée centrale de Kuvlu, dans la subdivision de Nkum de la division de Bui, l’imam Umar Lendzele a déploré la tendance dominante selon laquelle les mariages sont arrangés uniquement sur la base de la situation financière des beaux-parents potentiels.

Il a souligné que les croyances islamiques et la véritable affection devraient avoir la priorité dans les unions matrimoniales, plutôt que les considérations monétaires.

« De nos jours, quand quelqu’un vient demander la main d’un enfant en mariage, tout ce que le parent demande, c’est quel type de travail il fait et s’il s’agit d’un travail qui rapporte de l’argent », a déclaré l’imam Umar Lendzele.

L’Imam a ajouté que tout cela se fait dans un mépris total des croyances et de l’amour islamiques, qui sont censés être les principes fondamentaux guidant le choix des conjoints des parents pour leurs enfants.

L’Imam Umar a souligné que de nombreux mariages souffrent de l’absence d’amour véritable et de « Imani » (foi en Allah) qui devraient unir les couples.

En outre, l’Imam a mis en garde les parents contre l’octroi d’une liberté excessive à leurs enfants, notant l’augmentation alarmante des comportements capricieux chez les jeunes.

« La plupart des enfants s’égarent parce que nous avons décidé de leur permettre de faire ce qu’ils veulent. Avant qu’un enfant n’atteigne 18 ans, les parents ne savent plus où ils habitent, ce qui n’est pas censé être le cas », a-t-il déclaré, ajoutant que les parents ont le droit de mettre leurs enfants au repos pour lutter contre les comportements rebelles.

Les préoccupations soulevées à Kuvlu ont fait écho dans les communautés voisines, notamment à Beshi et Mbolive Nseh Takov, où des problèmes similaires persistent.

À Takov, les prières pour l’unité et les rappels de la responsabilité communautaire se sont entrelacés avec des réflexions sur les initiatives de développement en cours.

À « Jovry », le siège du conseil du village, Yusifu Mitanin, représentant le chef du village islamique, a souligné l’importance du respect mutuel et d’une conduite éthique entre les habitants.

Il a appelé à la vigilance contre les influences négatives et a souligné le rôle de l’encadrement parental dans l’encouragement d’un comportement vertueux chez les jeunes.

Au milieu des festivités, le contexte du conflit anglophone était omniprésent, jetant une ombre de misère sur la population locale.

Malgré ces défis, l’esprit d’unité et d’adhésion aux principes islamiques est resté inébranlable, offrant réconfort et résilience face à l’adversité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi