fbpx

Cameroun Actuel

Les hôpitaux de Gaza sont pris au piège des combats

Des milliers de gens sont bloqués dimanche dans l’hôpital al-Chifa de Gaza. Les patients de deux autres hôpitaux évacués sont « dans les rues sans soins », affirment des responsables locaux. Les combats continuent entre l’armée israélienne et le Hamas palestinien.

Au 37e jour de la guerre déclenchée le 7 octobre par une attaque sanglante du mouvement islamiste, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a évoqué l’éventualité d’un accord potentiel pour libérer certains des quelque 240 otages enlevés par le Hamas qui contrôle la bande de Gaza. L’Etat hébreu a promis d' »anéantir » le mouvement palestinien qu’il a classé « organisation terroriste », tout comme les Etats-Unis et l’Union européenne.

Quelque 1200 personnes, surtout des civils, ont été massacrées dans l’attaque du 7 octobre, inédite dans l’histoire d’Israël. Dans la bande de Gaza, les bombardements israéliens incessants ont tué depuis le 7 octobre 11’180 personnes, majoritairement des civils, y compris 4609 enfants, selon le mouvement palestinien.

« Les chars (israéliens) assiègent complètement l’hôpital al-Chifa », a dit dimanche à l’AFP le vice-ministre de la Santé du gouvernement Hamas, Youssef Abou Rich. Selon lui, Israël a « entièrement détruit le département des maladies cardiaques de l’hôpital ». Il a fait état d’une « nouvelle frappe sur le département de chirurgie et sur celui de chirurgie ambulatoire ».

L’armée israélienne n’a pas réagi dans l’immédiat et l’AFP n’est pas en mesure de confirmer le bombardement mais au moins un témoin présent dans l’hôpital a confirmé des raids et des dégâts.

« Une morgue »

L’hôpital al-Chifa, le plus grand de la bande de Gaza, accueille « 650 patients, une quarantaine d’enfants en couveuse, tous menacés de mort et 15’000 déplacés », selon M. Abou Rich. « Il faut sauver les bébés prématurés », plaide dimanche le directeur des hôpitaux de la bande de Gaza, Mohammed Zaqout, alors que deux bébés à al-Chifa sont déjà morts, selon médecins et ONG.

L’armée israélienne avait démenti samedi avoir ciblé l’hôpital et indiqué qu’elle allait aider dimanche à l’évacuation de ces bébés prématurés en danger « vers un hôpital plus sûr ». M. Zaqout décrit « une situation catastrophique » à l’hôpital al-Chifa, où « personne ne peut entrer ou sortir ».

Ce responsable affirme aussi que des patients « sont dans les rues sans soins » après les « évacuations forcées » de deux…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi