fbpx

Cameroun Actuel

Les « givrés » toujours plus nombreux pour la Coupe de Noël à Genève

Les amateurs de natation en eau froide battent ce week-end un record à la Coupe de Noël à Genève. Près de 4300 d’entre eux s’élancent dans le Léman. Samedi, les plus téméraires ont avalé 500 mètres lors de la « Givrée du Jet d’eau », organisée tous les cinq ans.

Parmi plus de 300 demandes, 85 coureurs, autant que le nombre d’éditions de la Coupe de Noël, ont pu prendre le départ de ce format dans une eau à un peu plus de 8 degrés. Sous les yeux du conseiller d’Etat Thierry Apothéloz qui, dans une vidéo dans la semaine sur les réseaux sociaux, admettait ne pas être encore prêt pour une telle expérience.

« C’est une course dangereuse », a affirmé pendant le direct le président de la manifestation, Christophe Jacot. « C’est long, c’est long, c’est long », glissait l’un des dizaines de compétiteurs du jour. Avec de forts courants, le premier a terminé en moins de 5 minutes 30.

Contrairement à d’autres rencontres similaires, les participants qui ralliaient les quais depuis le Jet d’eau ne suivent pas un balisage et plongent au lieu de partir déjà dans l’eau. Toujours plein d’idées, le président parle déjà d’une possible Givrée en février ou mars ou en soirée. Ou d’une course dans les eaux du centre-ville.

Tradition vivante

Autre singularité cette année, la Coupe de Noël vient d’être reconnue parmi les 29 nouvelles traditions vivantes qui ont rejoint la liste de l’Office fédéral de la culture (OFC).

Au-delà de la « Givrée du Jet d’eau », des milliers de personnes ont elles choisi plutôt les 100 mètres habituels de la nage le long du Jardin anglais. Déguisées en insectes, en fruits ou en pingouins, elles ont à nouveau rivalisé d’innovation. Le tout accompagné des cris lors du traditionnel arrosage avant de se jeter à l’eau. Au total, là encore, plus de 2000 demandes ont dû être éconduites étant donné le succès de la manifestation.

Strictement encadré

En raison des conditions, le ponton a dû être relevé d’un mètre. Après les intempéries récentes, certains ont également fait remarquer que la situation n’était pas favorable. Les réseaux d’épuration sont saturés et de l’eau sale est rejetée dans le lac, a affirmé à Keystone-ATS le responsable de l’Etat-major cantonal de conduite (EMCC) du canton de Vaud. Et de parler encore du niveau d’alerte toujours à 3.

Cette manifestation, classée dangereuse par la Brigade de la navigation, est strictement encadrée. Des…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi