fbpx

Cameroun Actuel

Les féministes sonnent l’alarme sur la hausse des féminicides et des violences basées sur le genre au Cameroun

Les organisations féministes et de la société civile au Cameroun signalent une augmentation des cas de féminicides et de violences basées sur le genre (VBG), enregistrant 61 cas en 274 jours.

« Deux nouveaux cas ont été enregistrés dans les régions de l’Est et du Sud. Soixante et un cas en 274 jours, c’est alarmant. Cela implique que les cas de féminicides et de VBG sont en hausse et si rien n’est fait, cela atteindra un stade explosif », avertit Clarence Yongo, activiste civil et défenseur des droits des femmes.

Le gouvernement, en particulier le ministère de l’Autonomisation de la Femme et de la Famille, a été accusé de ne pas prendre de mesures concrètes pour stopper cette tendance, contribuant ainsi à l’augmentation de ces pratiques.

« Leurs actions entreprises n’ont pas d’impact, ce qui, selon moi, est dû à leur méthodologie médiocre. Ils n’appliquent pas la loi protégeant les femmes et leurs droits. Le ministère concerné ne collabore pas efficacement avec les organisations de la société civile, en particulier celles travaillant au niveau local », révèle Caroline Mveng, féministe et leader de la société civile.

Pour les féministes, il n’est pas impossible d’éradiquer les VBG et les féminicides au Cameroun. Clarence Mveng estime que la situation peut être inversée « si le ministère de l’Autonomisation de la Femme et de la Famille travaille en étroite collaboration avec les organisations de la société civile, crée des espaces sécurisés pour les victimes de VBG dans la société camerounaise pour mieux prendre soin d’elles, et autonomise les femmes car si elles maîtrisent leurs droits, elles seront moins exposées à la violence. Nous devons également mener une sensibilisation inclusive de l’éducation des hommes et des garçons sur la nécessité de rejeter les VBG et de prendre conscience de leurs conséquences, tout en respectant les droits des femmes. »

Selon la féministe, la sensibilisation doit toucher les jeunes et les adultes, que ce soit à l’école, dans le milieu professionnel ou dans d’autres domaines de la vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi