fbpx

Cameroun Actuel

Les États-Unis et l’Europe s’unissent dans un message dur contre Pékin

Appuyez sur play pour écouter cet article

Exprimé par l’intelligence artificielle.

HIROSHIMA, Japon – La Chine a fait face samedi à une forte réaction des pays du Groupe des Sept concernant ses positions sur la Russie, Taïwan, l’intimidation commerciale, le monopole économique et l’ingérence nationale, la déclaration des dirigeants du G7 reflétant une large convergence des États-Unis, de l’Europe et Le Japon sur la nécessité de changer de cap.

Publiée au moment de l’arrivée du président ukrainien Volodymyr Zelenskyy à Hiroshima, où se déroule le sommet, la déclaration des dirigeants des démocraties riches du G7 a demandé à Pékin de faire plus pour arrêter la guerre de la Russie contre l’Ukraine.

« Nous appelons la Chine à faire pression sur la Russie pour qu’elle cesse son agression militaire et retire immédiatement, complètement et sans condition ses troupes d’Ukraine », ont déclaré les dirigeants dans le communiqué. « Nous encourageons la Chine à soutenir une paix globale, juste et durable fondée sur l’intégrité territoriale et les principes et objectifs de la Charte des Nations Unies, notamment par le biais de son dialogue direct avec l’Ukraine. »

Fondamentalement, les États-Unis et l’Europe – les deux principaux constituants du G7 – sont parvenus à un langage commun sur la Chine. Pour la France et l’Allemagne, en particulier, leur souci d’une attitude conciliante envers la Chine s’est reflété dans la déclaration finale, qui a commencé la section sur la Chine en déclarant « Nous sommes prêts à construire des relations constructives et stables avec la Chine ».

L’accent répété du G7 sur la « réduction des risques, pas le découplage » est un clin d’œil à l’approche de l’UE envers la Chine, car les pays membres européens hésitent à couper complètement les relations commerciales avec Pékin.

Le langage à Taiwan est resté le même par rapport aux déclarations récentes. « Nous réaffirmons l’importance de la paix et de la stabilité à travers le détroit de Taiwan comme indispensables à la sécurité et à la prospérité de la communauté internationale », indique le communiqué, ajoutant qu’il n’y a « aucun changement dans les positions de base » en termes de politique d’une seule Chine.

Interférence nationale

Outre la Russie, un autre élément nouveau cette année est la mention de l’ingérence intérieure – qui, selon les groupes de défense des droits de l’homme, reflète l’inquiétude croissante suscitée par les « postes de police à l’étranger » de la Chine dans d’autres pays. « Nous appelons la Chine (…) à ne pas mener d’activités d’ingérence visant à porter atteinte à la sécurité et à la sûreté de nos communautés, à l’intégrité de nos institutions démocratiques et à notre prospérité économique », ont déclaré les dirigeants dans leur communiqué, citant la…

Lire la suite de l’article sur nouvelles-dujour.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi