fbpx

Cameroun Actuel

Les « derniers secours » ou comment faire face à la fin de vie

L’association palliative vaud propose des cours de « derniers secours » pour offrir des pistes face à la fin de la vie. Ce concept, créé par opposition aux « premiers secours » par l’urgentiste et palliativiste allemand Georg Bollig, ambitionne d’offrir au grand public des connaissances de base pour pouvoir réagir à l’approche de la mort d’un proche ou de toute autre personne.

« Chacun devrait posséder de telles compétences, car on sera tous confronté une fois ou l’autre, voire plusieurs fois, à la fin de vie », explique Esther Schmidlin, responsable de mission chez palliative vaud, interrogée par Keystone-ATS. Il ne s’agit pas de donner à chacun des compétences de professionnels, mais plutôt des capacités de réaction suivant les situations.

« Aujourd’hui les gens comprennent mal le concept de soins palliatifs, ils pensent que cela concerne les dernières heures, ou les dernières semaines d’une personne, mais en réalité l’accompagnement global arrive souvent plus tôt », poursuit cette infirmière spécialisée.

Le concept s’inscrit dans l’idée d’un mouvement citoyen solidaire et d’une communauté où les individus prennent soin des uns des autres (« caring community »). « Je peux par exemple me demander comment va ma voisine de 84 ans et ce que je peux faire pour elle », relève Esther Schmidlin. Le vieillissement de la population et la pénurie annoncée de personnel médical vont, selon elle, accroître ces besoins.

Massages et soins de bouche

Le cours de derniers secours est gratuit et consiste en quatre thèmes de 45 minutes, abordés sur une demi-journée. Parmi eux: « la mort fait partie de la vie », « anticiper et prendre des décisions », « soulager des souffrances » et « faire ses adieux ». Limitée à 20 personnes, la formation est toujours dispensée par deux professionnels avec une expérience en soins palliatifs.

Les participants apprennent entre autres à communiquer avec une personne malade. « Qu’est-ce qui est bien de lui demander ou non, comment réagir si elle dit vouloir mourir », illustre Esther Schmidlin. Ils apprennent aussi à reconnaître les signes de l’approche de la mort, ainsi qu’à réaliser certains gestes simples, comme des soins de bouche, des massages ou des exercices de respiration destinés à soulager une personne mourante.

L’objectif consiste à donner des pistes et à indiquer les ressources disponibles en fonction des besoins. La formation est ouverte à tous et ne se destine pas…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi