fbpx

Cameroun Actuel

Législatives en Serbie entre assurance présidentielle et accusations d’irrégularités

Les Serbes élisaient dimanche leur Parlement, moins de 18 mois après les dernières législatives. Cela dans un contexte d’inflation record et de manifestations massives contre la violence qui ont forgé une nouvelle opposition.

Les bureaux de vote ont ouvert à 07h00 et devaient fermer à 20h00. Les premiers résultats étaient attendus dans la soirée. Les derniers sondages donnaient le parti progressiste serbe du président Aleksandar Vucic (SNS, droite nationaliste) majoritaire au niveau national, avec 40% à 45% des voix.

A 16h00, le taux de participation s’élevait à 42%, selon la commission électorale – comme en 2022. Un peu plus de 6,5 millions de Serbes étaient appelés à voter.

Serbes du Kosovo

Dans le sud du pays, des centaines de Serbes du Kosovo ont passé la frontière pour venir voter, Pristina et Belgrade n’ayant pu trouver d’accord pour qu’ils puissent le faire dans leurs villes et villages.

« Je m’attends à une bonne participation » et « à une victoire écrasante » a déclaré M. Vucic en allant voter dimanche matin dans la capitale – où l’opposition espère arriver en tête. Plus d’une soixantaine de villes – dont Belgrade – organisent aussi des élections municipales.

Nouvelle coalition

Pour espérer l’emporter face au SNS, une nouvelle coalition s’est formée, née des manifestations monstres contre la violence qui ont secoué le pays dès mai, après la mort de 19 personnes dans deux fusillades – dont une dans une école primaire.

« J’espère qu’à la fin de la journée nous auront une forte participation à Belgrade et dans tout le pays, et que les électeurs auront la liberté d’exprimer leur choix », a déclaré dans un bureau de vote de la capitale Dobrica Veselinovic, candidat de cette coalition baptisée « La Serbie contre la violence ».

Lors des dernières élections législatives, couplées à des présidentielles et des municipales en avril 2022, le SNS et ses alliés avaient remporté 120 des 250 sièges au parlement, et Aleksandar Vucic avait été réélu pour un second mandat.

Après les fusillades, l’opposition a réclamé de nouvelles législatives, que M. Vucic a convoquée début novembre, en espérant renforcer sa mainmise.

« Une vie sans peur des puissants »

La coalition d’opposition a fait campagne en prônant « une vie sans peur des puissants », une société apaisée et une amélioration de la situation économique, dans un pays durement frappé par l’inflation, en particulier sur…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi