fbpx

Cameroun Actuel

L’économie allemande secouée par une crise tenace

Exportations en berne, prix élevés de l’énergie, transition climatique semée d’embûches: l’économie allemande ne trouve pas la sortie d’une crise multiforme qui risque de durer et fait vaciller la coalition au pouvoir.

La présentation, mercredi, de nouvelles prévisions du gouvernement va confirmer l’enlisement de la première économie européenne. Pour l’année en cours, Berlin a raboté son estimation de croissance du produit intérieur brut (PIB) à 0,2%, contre 1,3% prévu cet automne, d’après des informations de presse.

Pire, l’Allemagne s’expose à un tunnel de croissance anémique pour les années à venir, autour de 0,5% en moyenne, si aucune mesure drastique n’est prise pour redresser la barre, selon ces sources.

Après une contraction de 0,3% du PIB l’an dernier, cette situation explosive provoque de vifs débats entre les trois partis du gouvernement de coalition d’Olaf Scholz.

« Situation dramatique »

Cette crise est causée par une multitude de facteurs qui s’accumulent et jouent contre le secteur industriel allemand. Pilier de l’économie représentant environ 20% du PIB, il n’a même pas encore retrouvé ses niveaux de production d’avant la pandémie de Covid-19.

C’est une « situation dramatique », avait récemment commenté le ministre de l’Economie Robert Habeck.

L’industrie souffre depuis la guerre en Ukraine des coûts de l’énergie trop élevés avec la fin des livraisons de gaz russe et des taux d’intérêts établis à un haut niveau par la Banque centrale européenne (BCE) contre l’inflation, ce qui freine la demande et les investissements.

Le commerce international, plombé notamment par une Chine au ralenti, ne permet pas de compenser la faible demande domestique ni de maintenir le haut niveau d’exportation qui faisait la force de l’économie allemande.

A cela s’ajoute une transition climatique difficile pour de nombreuses branches, qui estiment qu’elles n’ont pas autant de subventions que leurs concurrents, notamment américains.

Une soixantaine de groupes industriels européens a publié lundi un appel aux dirigeants de l’UE demandant des mesures de soutien.

Parmi eux les géants allemands de la chimie BASF, Bayer et Covestro. Ce secteur a connu l’an dernier une chute de 8% de sa production et de 12% de ses revenus.

« Sans une politique industrielle ciblée, l’Europe risque de devenir dépendante pour certains produits de base. L’Europe ne peut pas se le permettre », déclarent les…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi