fbpx

Cameroun Actuel

Le SYNAFOC tire la sonnette d’alarme sur la situation salariale des footballeurs au Cameroun

Ballon de football

Le Syndicat National des Footballeurs du Cameroun (SYNAFOC) a organisé une conférence de presse ce vendredi 1er mars à son siège à Yaoundé.

Au cours de cet événement, le président du syndicat, Geremie Njitap, a présenté le rapport d’une tournée nationale effectuée dans les clubs du pays, mettant en lumière la situation salariale préoccupante des joueurs évoluant en Mtn Elite One, Mtn Elite Two, et Guinness Super League.

Le rapport dévoilé devant la presse révèle une réalité inquiétante. Parmi les clubs du Championnat camerounais d’élite one visités au cours de cette tournée, seuls 7 sont en règle en termes de paiement des salaires, primes de signature, primes d’entraînement et primes de match.

Les clubs qui ont réussi à honorer tous les cinq mois de salaires de leurs joueurs pour la saison 2023-2024, selon le SYNAFOC, sont les suivants :

1. Stade Renard Fc De Melong
2. Canon Sportif de Yaoundé
3. Colombe Sportive du Dja et Lobo
4. Cotonsport de Garoua
5. Fauve Azur Elite FC
6. Victoria United FC
7. PWD Social Football Club Bamenda

Cette situation met en lumière les difficultés financières auxquelles de nombreux clubs camerounais font face, mettant en péril la stabilité financière des joueurs. Le SYNAFOC a souligné l’importance d’une réforme et d’une amélioration des conditions salariales dans le football camerounais, appelant les autorités sportives et les dirigeants de clubs à prendre des mesures concrètes pour garantir le bien-être des joueurs.

Le syndicat a également annoncé son engagement à suivre de près la situation et à défendre les intérêts des footballeurs, insistant sur la nécessité d’une collaboration étroite entre les différents acteurs du football pour assurer un avenir plus stable et prospère pour le sport au Cameroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi