fbpx

Cameroun Actuel

Le sultan Nabil Mbombo Njoya demande la restitution du trône volé au peuple Bamoum par les allemands 

Le sultan (roi) Nabil Mbombo Njoya du peuple Bamoum a demandé aux autorités allemandes de restituer un trône qui a été volé au peuple Bamoum à l’époque coloniale. Cela s’est produit lors de sa tournée royale qui l’emmène dans différents pays d’Europe.

Après avoir passé quelques jours à Paris, en France, le sultan s’est rendu à Berlin, en Allemagne, pour rencontrer et offrir des bénédictions aux membres de la communauté Bamoun.

Durant son séjour, il a visité le Musée du Forum Humboldt qui abrite le Trône Mendhu-Yenu de l’ancien royaume Bamoun. Le trône a été commandé à l’origine par le roi Ibrahim Njoya dans les années 1880 et présente un travail perlé élaboré pour lequel le peuple Bamoun est connu.

Bien que de nombreuses personnes aient été amenées à croire qu’il s’agissait d’un cadeau du roi Njoya à l’empereur allemand en 1908, de nombreux historiens affirment qu’il a en fait été volé par l’armée allemande pendant la colonisation.

Lors de la visite du musée, le roi Mbombo Njoya a refusé de s’asseoir sur la chaise que le musée lui réservait et s’est plutôt assis sur le trône qui appartenait à son arrière-arrière-grand-père. Sa décision a été célébrée par ceux qui ont pu y assister et à travers des vidéos partagées sur les réseaux sociaux. Car, il est le premier roi à y siéger en 115 ans.

Il a été salué comme un moment historique pour le «peuple Bamoun et tout le Cameroun» ainsi que le mouvement de rapatriement, le retour des artefacts volés dans leur pays d’origine.

Un membre de son entourage a raconté comment, pendant de nombreuses années, le Cameroun a demandé la restitution du trône. Une demande rejetée par l’Allemagne. « Mais ils continueront à le demander, surtout maintenant que le roi Mbombo Njoya s’y est assis« . Il n’y a pas encore eu de réponse du musée, mais sur la base des demandes passées, de nombreuses personnes ne croient pas que les autorités allemandes le rendront.

Pendant de nombreuses années, le Cameroun et de nombreux autres pays ont demandé aux pays européens de restituer leurs artefacts et leurs biens. Parmi celles-ci, La Tangue, une sculpture de la chefferie Sawa, qui est également toujours exposée au Forum Humboldt. Une autre est une sculpture de Mamfe Division au musée Autenstrauch-Joest à Cologne, en Allemagne. Bien que le musée ait voulu le rendre en 2022 en raison du processus de rapatriement compliqué de l’Allemagne, il n’a pas pu le faire.

L’année dernière, le Fon de Nso était également en Allemagne pour demander le retour de Ngonnso, l’artefact considéré comme le fondateur du peuple Nso, qui n’a pas encore été obtenu.

Afin de faire une demande de retour, un membre d’un pays ou d’une communauté doit d’abord identifier quel est l’objet et où il est détenu. Ensuite, ils doivent prouver la propriété de l’objet, ce qui est difficile s’il n’y a pas de documents écrits, de photographies ou de sculptures ou d’objets de style similaire à montrer.

Même s’il existe des preuves pour montrer que le trône appartient aux Bamoun, il n’y a eu aucune explication quant à la raison pour laquelle il n’a pas été rendu.

C’est un autre exemple de la tension entre les pays qui tentent de récupérer leurs artefacts, en particulier ceux qui ont une signification religieuse et culturelle, et d’autres pays qui croient que ces objets leur appartiennent légitimement parce qu’ils sont en leur possession depuis des décennies.

Les communautés continuent de se poser la question de la signification de ces objets pour les gens. S’il est plus important pour les pays de tout rendre à leurs propriétaires légitimes ou s’il est plus important de les laisser dans des musées car cela permet aux gens de découvrir différentes parties du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi