fbpx

Cameroun Actuel

Le SDF dénonce la crise dans le NoSo et appelle à l’action contre la famine

Le Comité Exécutif National (CEN) du Parti Social Démocrate (SDF) a vivement condamné ce qu’il perçoit comme l’échec du gouvernement à résoudre la crise en cours dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun.

Cette condamnation a été l’une des principales conclusions de la réunion du CEN tenue le 2 décembre à Yaoundé.

Il s’agissait de la première réunion du CEN présidée par l’Honorable Joshua Osih depuis sa prise de fonction en tant que Président National du parti.

La réunion avait pour objectif de délibérer sur diverses questions importantes pour le parti, tant sur le plan national qu’international.

Sur la scène nationale, le CEN a déploré ce qu’il a qualifié d' »incapacité et d’apparente réticence » du gouvernement à mettre en œuvre des politiques efficaces et urgentes pour mettre fin à la violence dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Le comité exécutif a vivement condamné les actes barbares perpétrés par les groupes séparatistes contre les populations des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, notant une escalade alarmante de ces actes dans les régions voisines.

Récemment, des combattants séparatistes du Nord-Ouest ont orchestré plusieurs attaques contre des villages et des villes dans la région de l’Ouest.

Le plus récent affrontement a eu lieu le 21 novembre à Bamenyam, une ville à la frontière du Nord-Ouest, où les séparatistes ont tué neuf personnes, en ont blessé et enlevé d’autres.

Ces attaques récentes ont aggravé la crise en cours, qui a causé plus de 6 000 morts depuis 2016, avec des centaines de milliers de personnes déplacées.

La condamnation du SDF s’ajoute aux voix de plus en plus nombreuses exigeant des efforts complets et significatifs pour parvenir à une paix durable au Cameroun.

Ce n’est pas la première fois que le parti rappelle au gouvernement la nécessité de résoudre rapidement la crise.

Les appels similaires émanant des acteurs nationaux et de la communauté internationale sont restés vains pour assurer la paix.

Appel à l’action contre la famine

Le CEN a également exhorté le gouvernement à mettre rapidement en œuvre des mesures appropriées pour faire face à l’imminente crise de la famine dans les régions de l’Extrême-Nord, conséquence d’une baisse significative de la production céréalière causée par les ravageurs.

Selon les Nations Unies, 11 % des Camerounais ont connu une insécurité alimentaire aiguë cette année, soit 3 millions de personnes.

Cela concerne particulièrement les régions du Nord-Ouest, du Sud-Ouest et de l’Extrême-Nord, ravagées par des conflits armés.

La situation est encore pire dans l’Extrême-Nord, où les conditions météorologiques défavorables et la sécheresse ont rendu presque impossible la pratique de l’agriculture.

Parmi d’autres résolutions, le CEN a critiqué le gouvernement pour avoir apparemment échoué à contrôler l’inflation au Cameroun cette année.

Ils ont souligné que l’inflation avait atteint un niveau record de 7,8 % en septembre 2023 et avait culminé à 10,2 % dans la région de l’Est, affectant négativement la capacité des ménages à subvenir à leurs besoins essentiels.

Dans une prise de position audacieuse, les résolutions du CEN ont également condamné ce qu’ils ont décrit comme le « maintien d’une forme avancée de capture de l’État et d’anarchie », citant l’incapacité du gouvernement à assurer l’État de droit.

Cette anarchie rapportée se caractérise par de hauts niveaux de criminalité dans les grandes villes du pays, ainsi que par la corruption au sein du gouvernement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi