fbpx

Cameroun Actuel

Le Pr Aimé Bonny remet en question l’intervention de Samuel Eto’o à l’ONU

L’intervention récente de Samuel Eto’o, président de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), devant l’Organisation des Nations Unies (ONU), a suscité des débats au sein du monde du football au Cameroun. Le Professeur Aimé Bonny, un observateur averti du paysage sportif, soulève des réserves quant à la pertinence de cette démarche et interroge le rôle de l’ONU dans le développement du football.

Dans une analyse récente, le Professeur Bonny rappelle les objectifs fondamentaux de l’ONU, tels que le maintien de la paix et de la sécurité internationale, la protection des droits de l’homme, la fourniture d’aide humanitaire, le développement durable et la garantie du droit international. Il soulève alors la question centrale : en quoi l’ONU est-elle compétente pour résoudre les problèmes liés au football ?

Le Professeur Bonny remet en question la pertinence d’une session parallèle de l’ONU consacrée au football, arguant que l’ONU n’a pas vocation à traiter de ce genre de sujets. Il s’interroge sur la manière dont la Charte de l’ONU et ses objectifs justifient un voyage financé par les contribuables camerounais pour discuter d’un domaine qui relève exclusivement de la FIFA, des fédérations nationales et des gouvernements.

De plus, le Professeur Bonny critique le fait que l’ONU s’occupe du football alors que des préoccupations plus pressantes dans le monde, telles que la faim, l’insécurité alimentaire et le maintien de la paix, restent non résolues. Il met en avant l’idée que le football est considéré comme « l’opium des peuples villageois », suggérant ainsi que les efforts de l’ONU devraient être concentrés sur des enjeux plus graves et urgents.

Cette critique soulève des questions pertinentes sur la portée de l’engagement de l’ONU dans des domaines tels que le sport et suscite un débat sur la place du football dans les priorités mondiales. Alors que les acteurs du monde du sport continuent d’explorer de nouvelles opportunités au sein des organisations internationales, cette remise en question du Professeur Aimé Bonny met en évidence les réflexions et les débats qui entourent l’intersection entre le sport et la diplomatie internationale.

Il est important de noter que malgré les réserves exprimées par le Professeur Bonny, l’intervention de Samuel Eto’o devant l’ONU a également permis de mettre en lumière les problèmes spécifiques auxquels le football camerounais fait face. Cela peut potentiellement ouvrir des portes pour des discussions et des collaborations entre la FIFA, les fédérations nationales et les gouvernements, afin de trouver des solutions aux défis rencontrés par le football au Cameroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi