fbpx

Cameroun Actuel

Le plaidoyer du ministre camerounais pour l’économie africaine lors de la conférence ministérielle de l’OMC

Le ministre camerounais du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atanaga, a porté haut la voix de l’Afrique lors d’une conférence ministérielle virtuelle de l’Organisation mondiale du Commerce (OMC). Cet événement, centré sur le développement et le commerce électronique, a été l’occasion pour le ministre de plaider en faveur d’une croissance économique plus solide pour le continent africain.

En tant que coordinateur du Groupe Africain de l’OMC, regroupant 44 États-membres, Mbarga Atanaga a pris la parole lors de cette réunion virtuelle pour souligner les enjeux cruciaux liés au développement économique de l’Afrique. L’accent a été mis sur la vision commune de l’Agenda 2063 de l’Union Africaine et le Programme de Développement et d’Intégration Économiques de l’Afrique, établi dans le cadre de l’Accord de la Zone de Libre-Échange Continentale Africaine (ZLECAf).

Une des priorités exprimées par le Groupe Africain concerne l’industrialisation et le renforcement des chaînes de valeur manufacturières transfrontalières, mettant ainsi l’accent sur une approche plus robuste pour le développement économique du continent, allant au-delà de la simple stimulation du commerce intra-africain.

Par ailleurs, en ce qui concerne le commerce électronique, le Groupe Africain maintient son engagement envers le Programme de Travail de 1998 sur le Commerce Électronique (WPEC). Il appelle à des discussions approfondies sur des questions telles que l’impact du moratoire sur les droits de douane sur les transmissions électroniques, en mettant l’accent sur les défis rencontrés par les pays en développement et les Pays les Moins Avancés (PMA) dans ce domaine en constante évolution.

Cet appel intervient alors que l’Organisation Mondiale du Commerce prépare la treizième Conférence Ministérielle prévue du 26 au 29 février 2024 à Abou Dhabi (Émirats arabes unis). Le Groupe Africain espère que cette conférence aboutira à des solutions politiques claires, amorçant ainsi des négociations visant à créer un environnement favorable au développement industriel des économies africaines, avec des résultats tangibles à la clé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi