fbpx

Cameroun Actuel

Le Pape François autorise les bénédictions pour les couples de même sexe

Pape François

Le Pape François a formellement permis aux prêtres catholiques de bénir les couples de même sexe ce lundi, marquant un changement significatif dans l’approche de l’Église envers les personnes LGBTQ+.

Cette autorisation peut être accordée à condition que ces bénédictions ne fassent pas partie des rituels ou des liturgies régulières de l’Église, ni ne se déroulent simultanément à une union civile, selon un document du Vatican approuvé par le Pape.

Cette décision récente précise l’ouverture que le Pape avait faite en octobre dernier concernant les bénédictions pour les couples de même sexe, marquant ainsi un éloignement par rapport à une décision de 2021 du bureau de la doctrine du Vatican qui interdisait toute bénédiction, arguant que Dieu « ne peut pas bénir le péché ».

Depuis juillet 2023, le département de la doctrine est dirigé par le cardinal Victor Manuel Fernandez, un prélat argentin et allié de François, qui adopte un ton différent de ses prédécesseurs.

« Quand les gens demandent une bénédiction, une analyse morale exhaustive ne devrait pas être posée comme condition préalable pour l’accorder », déclare la déclaration, rédigée par le cardinal Fernandez et un autre responsable. « La grâce de Dieu agit dans la vie de ceux qui ne prétendent pas être justes mais qui se reconnaissent humblement comme pécheurs, tout comme tout le monde. »

Cette nouvelle directive ouvre « la possibilité de bénédictions pour les couples dans des situations irrégulières et pour les couples de même sexe », bien qu’elle laisse les décisions au « discernement prudent et paternel des ministres ordonnés ».

James Martin, un prêtre jésuite qui s’occupe des catholiques homosexuels et qui a reçu le soutien de François, décrit cette décision comme « une avancée considérable dans le ministère de l’Église envers les couples de même sexe » et un changement radical par rapport à la position du Vatican en 2021.

« La nouvelle déclaration ouvre la porte à des bénédictions non liturgiques pour les couples de même sexe, ce qui était auparavant interdit à tous les évêques, prêtres et diacres », a-t-il déclaré à CNN. « Comme beaucoup de prêtres catholiques, je serai maintenant ravi de bénir mes amis dans des mariages de même sexe. »

Les efforts du pape pour changer l’approche de l’Église envers les catholiques LGBTQ ont débuté en 2013, lorsqu’il a répondu à une question d’un journaliste sur le clergé gay en disant : « Qui suis-je pour juger ? »

François a indiqué son soutien à la reconnaissance civile des couples de même sexe et a cherché à éloigner le Vatican de certains discours sévères qu’il a pu avoir dans le passé à l’égard des personnes homosexuelles. Son soutien à la reconnaissance légale des couples gays – distincte du mariage – a orienté l’Église dans une direction différente d’une décision du Vatican de 2003, qui affirmait qu’il était « nécessaire de s’opposer à la reconnaissance légale des unions homosexuelles ».

Le pape a également apporté son soutien à une religieuse américaine, Jeanine Gramick, qui s’est occupée des catholiques homosexuels pendant des années. Elle avait été précédemment censurée par le Vatican mais a récemment rencontré François, qui l’a décrite comme une « femme vaillante ».

La dernière décision du Vatican précise que l’offre de bénédictions aux couples de même sexe ou non mariés peut se faire « sans valider officiellement leur statut ou changer de quelque manière que ce soit l’enseignement perpétuel de l’Église sur le mariage ». L’enseignement de l’Église catholique est que les relations sexuelles doivent avoir lieu uniquement dans le mariage, et la décision précise que l’Église ne peut pas offrir de « bénédiction liturgique » aux couples de même sexe ou non mariés car cela pourrait « offrir une forme de légitimité morale à une union qui prétend être un mariage ou à une pratique sexuelle extra-maritale ».

Cependant, la décision indique que la signification d’une bénédiction ne peut pas être réduite « à ce seul point de vue » et cela signifierait qu’un « geste pastoral si aimé et répandu serait soumis à trop de prérequis moraux, qui, sous prétexte de contrôle, pourraient éclipser le pouvoir inconditionnel de l’amour de Dieu ».

Le pape, selon la décision, a insisté sur le fait que l’Église ne peut pas simplement devenir « des juges qui refusent, rejettent et excluent » et doit avoir une compréhension plus large des bénédictions.

L’ouverture de François envers les catholiques LGBTQ+ a été un élément dans l’opposition qu’il a rencontrée de la part d’une minorité petite mais vocale au sein de l’Église. Sa dernière décision sur les bénédictions est susceptible de rencontrer une résistance dans ces milieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi