fbpx

Cameroun Actuel

Le NUC pour écrire l’histoire du volley suisse

Le NUC dispute mercredi à 19h à la Riveraine le match aller de la finale de la CEV Cup face aux Italiennes de Chieri.

Des adversaires que les Neuchâteloises espèrent surprendre avec leur style spectaculaire, afin d’écrire l’histoire du volleyball helvétique.

« C’est sans aucun doute l’équipe la plus coriace que nous allons affronter », affirme Lauren Bertolacci, l’entraîneure du NUC. Après Maribor (SLO), Dresde (GER), Stara Pazova (SRB) et Lodz (POL), le club neuchâtelois défie le cinquième du championnat italien, « l’une des meilleures ligues du monde, si ce n’est la meilleure », selon la coach australienne.

Les équipes transalpines dominent en effet la scène européenne féminine. Lors des quatre dernières saisons, neuf des douze trophées continentaux (Champions League, CEV Cup et Challenge Cup) ont ainsi été décrochés par des formations italiennes.

L’an dernier, Chieri avait d’ailleurs triomphé en Challenge Cup, le troisième échelon européen. Cette saison, pour atteindre la finale de la CEV Cup, les Piémontaises ont notamment balayé Guin lors du premier tour.

« Une fois par décennie »

Qualifié pour les demi-finales des play-off de LNA après sa victoire face à Glaronia samedi, le NUC est toujours en course pour réaliser un quadruplé inédit. Pour y parvenir, il devra faire mieux que Köniz, seule autre équipe helvétique à avoir atteint une finale européenne (en 2003 en Top Teams Cup, ancêtre de la CEV, avec une défaite face aux Françaises de Villebon).

Une telle occasion ne se représentera peut-être pas. « Ce genre d’exploit, ça n’arrive qu’une fois par décennie », glisse Lauren Bertolacci, qui peut toutefois compter sur l’équipe « la plus forte » qu’elle a jamais entraînée.

« La plupart des titulaires sont là depuis plusieurs années et n’ont jamais aussi bien joué de leur carrière », poursuit la technicienne. Il convient de citer avant tout la cohorte américaine, menée par la redoutable serveuse Tessa Grubbs et la revenante Tia Scambray, ainsi que la passeuse d’origine fribourgeoise Méline Pierret.

Grand risque, grande récompense

Comme lors des tours précédents, la stratégie agressive des Neuchâteloises pourrait leur permettre de décontenancer leur adversaire. « Notre approche non conservatrice est très peu conventionnelle dans le volleyball féminin. Nous prenons beaucoup de risques, notamment au service », explique Lauren Bertolacci.

Et l’Australienne et ses joueuses…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi