fbpx

Cameroun Actuel

Le nouveau message de la Cour suprême sur les règles de déontologie s’arrête devant des actions concrètes

« Il n’y a rien de nouveau dans cette déclaration. La déclaration est beaucoup de gestes de la main », a déclaré Kathleen Clark, professeur de droit et experte en éthique juridique à l’Université de Washington à St. Louis. « Le problème ne vient pas des principes éthiques fondamentaux. Le problème est qu’il n’y a pas de responsabilité pour avoir enfreint la loi. Et il n’y a rien dans cette déclaration qui suggère que le tribunal comprenne même quel est le problème.

La déclaration, composée de trois pages de texte et de deux pages de citations, était jointe à une courte lettre que Roberts a envoyée à Durbin refusant de comparaître à une audience judiciaire du Sénat sur l’éthique de la Cour suprême.

« Cette déclaration vise à fournir une nouvelle clarté au barreau et au public sur la manière dont les juges traitent certains problèmes récurrents, et cherche également à dissiper certaines idées fausses courantes », indique la déclaration des juges. Il fait largement écho aux engagements antérieurs que les juges ont pris concernant les divulgations financières et les pratiques de récusation, et il indique que les juges «consultent» diverses sources non contraignantes lorsqu’ils sont confrontés à des problèmes éthiques.

La pression en faveur d’une réforme de l’éthique à la Cour suprême s’intensifie après les récentes révélations sur la relation du juge Clarence Thomas avec un mégadonateur républicain et la vente par le juge Neil Gorsuch d’une propriété au chef d’un cabinet d’avocats ayant des affaires devant le tribunal.

Les sénateurs Angus King (I-Maine) et Lisa Murkowski (R-Alaska) ont présenté mercredi un projet de loi qui obligerait la Haute Cour à adopter un code de conduite dans un délai d’un an. C’est un coup de pouce bipartisan pour un mouvement de réforme judiciaire qui a été largement dirigé par les démocrates – bien que, comme les efforts antérieurs pour promulguer un code de conduite de la Cour suprême, le projet de loi ait peu de chances d’être adopté.

Le sénateur Sheldon Whitehouse (DR.I.), critique de longue date des pratiques éthiques du tribunal, a tourné en dérision la dernière tentative du tribunal d’assurer au Congrès et au public qu’il peut en grande partie se contrôler lui-même.

« Cette nouvelle déclaration de principes n’a pratiquement aucune utilité », a-t-il déclaré. « Il n’y a toujours pas de boîte de réception pour déposer une plainte, pas de processus d’établissement des faits, aucun moyen de prendre des décisions éthiques, et donc aucun moyen de tenir les juges responsables. »

Durbin, qui préside le Comité judiciaire du Sénat, était un peu moins conflictuel, mais…

Lire la suite de l’article sur nouvelles-dujour.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi