fbpx

Cameroun Actuel

Le ministre Nganou Djoumessi et son fils impliqués dans un détournement de 3 milliards de FCFA à Camtel

Nganou Djoumessi

Le fils du ministre des Travaux publics, Boris Judicael Nganou entendu au TCS dans le cadre d’un détournement de 3 milliards Fcfa à Camtel. Son père également impliqué.

C’est un dossier dans les tiroirs du Tribunal criminel spécial depuis des années qui a refait surface. Le fils du ministre des Travaux Publics, Emmanuel Nganou Djoumessi a été entendu ce lundi au tribunal criminel spécial dans le cadre d’un projet de 4 milliards Fcfa à CAMTEL à l’époque de David Nkotto Emane aujourd’hui décédé.

Boris Judicael Nganou, le fils du ministre faisait déjà partie, le 02 mars 2018, des 7 responsables de la Cameroon Telecommunications (CAMTEL) interdits de sortie du territoire. La mesure prise par le délégué général à la Sûreté nationale, Martin Mbarga Nguélé, Martin Mbarga Nguele, demandait à tous les délégués régionaux de la Sûreté nationale, aux commissaires du Port autonome de Douala, des aéroports internationaux de Yaoundé-Nsimalen, Douala et Maroua et aux chefs des postes-frontières, non seulement sur les ex-Dg et Dga David Nkotto Emane et Enow Kenneth Agbor, mais aussi sur Boris Judicaël Nganou, fils du ministre des Travaux publics, Emmanuel Nganou Djoumessi, propulsé à la tête de Mobile Communication Network (MCN) grâce au piston de son père.

Ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat) à l’époque des faits (2014), Emmanuel Nganou Djoumessi est approché par David Nkoto Emane qui lui fait part d’un projet ambitieux d’exploitation de la 4G pour laquelle Camtel est le seul opérateur à l’époque à avoir obtenu une licence d’exploitation, après l’échec de Camtel Mobile.

Le projet MCN devait être géré, s’il prenait véritablement corps, en joint-venture avec Vodafone pour ce qui est du déploiement de la 4G, et par Lycamobile – opérateur mobile virtuel (Mvno) qui commercialisait des services de téléphonie et
d’internet mobiles internationaux au moyen de cartes – pour ce qui est de la 3G et appels
internationaux.

Camtel qui se dit à court de financements, sollicite le concours du MINEPAT pour implémenter le projet. Sans hésiter, Nganou Djoumessi qui aurait posé comme unique condition à l’ex-Dg de Camtel la nomination de son fils à la tête du projet, accepte de mettre à disposition les financements qui s’élèveraient à près de 3 milliards Fcfa.

C’est le sort réservé à ces fonds dont les traces ne sont visibles nulle part qui ferait l’objet des enquêtes du Tribunal criminel spécial (Tcs). Prêt sur les papiers depuis plusieurs années, le projet Mobile Communication Network n’a pas pris corps, et les financements publics débloqués pour sa mise en œuvre n’auraient pas respecté les règles en la matière.

Boris Bertolt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi