fbpx

Cameroun Actuel

Le ministre de la Justice lance les examens du Barreau après 9 ans

Le Ministre de la Justice et Garde des Sceaux, Laurent Esso, a officiellement lancé les examens du barreau du Cameroun pour la première fois depuis neuf ans.

Cette annonce tant attendue a été faite via un communiqué daté du 18 décembre, fixant les examens au 24 mars 2024 à Yaoundé. Les examens du barreau, étape cruciale permettant aux aspirants avocats de pratiquer au sein du barreau du Cameroun, n’ont pas été organisés depuis 2014.

Malgré les prescriptions légales prévoyant leur organisation chaque mois de décembre, cette longue pause a frustré de nombreux Camerounais aspirant à une carrière juridique.

Beaucoup ont été contraints de suivre des études de droit à l’étranger, fréquentant des facultés de droit dans des pays tels que le Nigeria, le Rwanda, la Sierra Leone et la Gambie avant de pouvoir être admis au barreau du Cameroun.

Le Ministre Laurent Esso, dans le communiqué publié, a énoncé les directives essentielles pour les prochains examens.

Les candidats à la qualification doivent remplir des critères spécifiques, notamment être citoyens camerounais, âgés d’au moins 21 ans au moment des examens, jouir de leurs droits civiques et détenir un diplôme en droit ou son équivalent.

Pour faciliter le processus d’inscription, les candidats doivent soumettre leurs dossiers au Président du Conseil de l’Ordre des Avocats du Cameroun au plus tard le 8 février 2024 à 15h30.

Le processus d’examen sera supervisé par un jury de six membres, composé de deux professeurs de droit, de deux avocats désignés par l’Ordre des Avocats du Cameroun et de deux magistrats.

Leur responsabilité englobe la surveillance des examens, la correction des épreuves et la rédaction d’un rapport officiel sur le déroulement des examens.

La reprise des examens du barreau du Cameroun devrait soulager de nombreux aspirants avocats du pays qui ont rencontré d’énormes difficultés en raison de l’absence prolongée de cette étape cruciale de qualification.

Pendant des années, l’absence d’examens locaux du barreau a incité certains avocats camerounais, dirigés par le barrister Lewis Forchenallah, à intenter une action en justice contre le Ministre de la Justice, demandant la convocation rapide des examens du barreau.

De même, un groupe d’autres avocats, sous la direction du barrister Tamfu Richard, a également intenté une action en justice contre le Ministre Esso, l’accusant de ne pas avoir rempli ses obligations légales de convoquer les examens chaque mois de décembre.

Me Lewis Forchenallah, diplômé de l’École de droit rwandaise avant d’être admis au barreau du Cameroun, a déploré que l’échec du Ministre nuisait à des milliers d’aspirants avocats dans le pays.

Bien qu’il ait fallu une année supplémentaire pour que l’initiative ministérielle se concrétise, son importance ne saurait être surestimée pour des milliers de Camerounais qui avaient auparavant des options limitées pour étudier le droit dans leur pays.

Cette opportunité renouvelée survient à un moment où, en octobre de cette année, plus de 400 élèves-avocats camerounais en formation dans des écoles de droit rwandaises ont subi un revers en se voyant refuser l’admission au barreau du Rwanda, les laissant frustrés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi