fbpx

Cameroun Actuel

Le Ministère de l’Éducation secondaire adresse une mise en garde ferme contre les violences basées sur le genre dans les établissements scolaires

Nalova Egbe Lyonga, ministre des Enseignements secondaires du Cameroun

La ministre de l’Éducation secondaire du Cameroun, le Professeur Nalova Lyonga, a lancé une mise en garde sévère concernant la problématique croissante des violences basées sur le genre au sein des institutions éducatives.

Dans une communication récente adressée aux délégués régionaux, délégués divisionnaires, secrétaires de l’éducation et aux responsables des établissements publics et privés, le Professeur Nalova Lyonga a exprimé sa profonde préoccupation face à la recrudescence des actes de violence physique, psychologique et morale dans les écoles.

« Certains de ces actes sont basés sur le genre. Ils sont commis par des élèves, des enseignants et du personnel administratif. Au-delà de la souffrance imperceptible et des conséquences sur la santé, la violence basée sur le genre provoque de l’anxiété, une faible estime de soi et de la dépression, ayant un impact négatif sur les performances scolaires », a souligné Nalova Lyonga dans le communiqué.

Dans le but de promouvoir un environnement sécurisé et de soutien tout en luttant contre cette problématique de plus en plus prévalente, Nalova Lyonga a énoncé les mesures suivantes :

– Mise en place d’une équipe de coordination locale dédiée à la lutte contre la violence en créant des mécanismes fonctionnels pour la prévention, la réponse, le soutien et l’orientation des étudiants/adolescents.
– Initiatives de renforcement des capacités pour les enseignants, les conseillers d’orientation, les conseillers de jeunesse et d’animation, et d’autres institutions éducatives sur les violences basées sur le genre dans les écoles (GBVMS).
– Mise en place de procédures sécurisées pour recueillir des informations, y compris des mini-enquêtes, sur les cas de violence, en collaboration avec les autorités administratives, de sécurité et municipales.
– Campagnes de sensibilisation et de formation ciblant les enseignants, le personnel scolaire, les parents et les étudiants sur les principes, les valeurs et les attitudes attendus. Interdiction de comportements pouvant entraîner des conséquences disciplinaires et/ou légales.
– Interdiction de la publication ou de la distribution de documents privés, d’enregistrements, de dessins, de photographies, de films ou de tout autre dispositif reproduisant des images sexuelles d’un élève, avec ou sans leur consentement, ou de toute autre personne.
– Encouragement des victimes étudiantes à divulguer des informations, de préférence par écrit, directement à la personne de contact désignée.
– Services de conseil, avec orientation vers des services externes appropriés tels que des services juridiques, psychosociaux et de santé pour les victimes.

La ministre de l’Éducation secondaire a souligné que le non-respect de ces mesures entraînerait de sévères sanctions conformément à la loi. Les étapes énoncées visent à créer un environnement d’apprentissage plus sûr et sécurisé pour tous les étudiants, exempts de violences basées sur le genre et de leurs conséquences néfastes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi