fbpx

Cameroun Actuel

Le jardin mémoriel de l’esclavage de Bangou : un pas important pour le tourisme dans l’Ouest du Cameroun

L’inauguration du tout nouveau « Jardin mémoriel de l’esclavage » à Bangou, dans la région de l’Ouest du Cameroun, marque un tournant majeur pour le tourisme local. Érigé sur l’ancien site du « marché caché des esclaves », ce mémorial historique cherche à attirer des milliers de visiteurs chaque année, offrant ainsi une occasion unique de découvrir une part capitale de l’histoire du pays.

Ce projet, lancé sous l’égide du programme camerounais de développement culturel et touristique unique Route des chefferies (RDC), bénéficie du soutien financier de l’Agence française de développement (AFD). Couvrant une superficie de 6 871 m2, le mémorial comprend un bâtiment d’accueil et une exposition en plein air, organisée autour d’un parcours éducatif retraçant l’histoire de la traite et de l’esclavage au Cameroun.

Des œuvres d’art contemporain jalonnent ce parcours, dont « Nightmare » d’Ulrich Kenmegne Kom, évoquant de manière saisissante les réalités de l’esclavage, et « Prisoner » de Justine Gaga, symbolisant l’esclavage moderne. Ces œuvres, intégrées à un parcours thématique, visent à interpeller les visiteurs sur cette période sombre de l’histoire.

La conservatrice Paule-Clisthène Dassi souligne que ce mémorial ne se limite pas à un devoir de mémoire, mais qu’il a également une vocation touristique significative. L’objectif est de sensibiliser les Camerounais à leur propre histoire tout en attirant les touristes nationaux et internationaux.

Thierry Marchand, ambassadeur de France au Cameroun, a souligné l’importance de l’Office régional du tourisme Ouest Cameroun (Ortoc) dans la promotion de ce site. L’Ortoc, inaugurée simultanément, vise à valoriser le patrimoine culturel et touristique de la région, et à attirer davantage de visiteurs par le biais d’excursions attractives.

Cependant, des améliorations restent à prévoir pour rendre le site encore plus attractif. L’ambassadeur de France a évoqué le besoin de verdures supplémentaires pour conserver l’aspect de « jardin » du lieu. Le maire de Bangou, Paul Sikapin, a également souligné la nécessité de sécuriser le site et de prévoir des logements pour les visiteurs.

Cette inauguration intervient à un moment clé pour la région de l’Ouest, engagée dans une dynamique de développement du tourisme en tant que pilier économique. Le « Jardin mémoriel de l’esclavage » de Bangou ouvre ainsi de nouvelles perspectives pour le tourisme dans cette région, invitant les visiteurs à découvrir et comprendre une partie essentielle de l’histoire du Cameroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi