fbpx

Cameroun Actuel

Le gouvernement exprime ses inquiétudes sur les délestages électriques et met en garde le distributeur Eneo

La situation énergétique au Cameroun suscite des préoccupations au sein du gouvernement, craignant que les fréquentes interruptions de la distribution d’électricité, source de désagréments majeurs pour les ménages et les entreprises, ne déclenchent des troubles sociaux.

Dans une lettre adressée le 9 février 2024 au directeur général d’Eneo, le distributeur exclusif d’électricité au Cameroun, le ministre de l’Eau et de l’Énergie, Gaston Eloundou Essomba, met en garde contre d’éventuels troubles sociaux attribués aux délestages répétés.

Les délestages observés au cours des deux derniers mois dans le réseau interconnecté Sud ont conduit le gouvernement à sommer Eneo de mobiliser toutes les centrales thermiques pour éviter des perturbations plus graves. Cette situation, due au déséquilibre entre l’offre et la demande d’électricité, est accentuée pendant la période d’étiage, atteignant souvent 185 MW. Le gouvernement prescrit également l’utilisation optimale des centrales hydroélectriques et l’implication des entreprises énergivores pour soutenir la stabilité du réseau.

Cependant, les tensions financières persistantes d’Eneo, résultant notamment des factures impayées par l’État, rendent incertaine la mise en œuvre des recommandations gouvernementales. Les créances d’Eneo sur le secteur public s’élèvent à 234,5 milliards de FCFA, bien que le gouvernement conteste ce montant, affirmant avoir effectué des paiements totalisant 299,8 milliards de FCFA entre 2021 et 2023 pour régler cette dette.

La construction du barrage de Memvé’élé, projet énergétique controversé, contribue également aux délestages actuels, en raison de contraintes de production liées à la baisse du débit sur le fleuve Ntem. Malgré les difficultés, le gouvernement insiste sur la nécessité d’accélérer la maturation du projet d’un barrage-réservoir sur le Ntem pour atténuer les variations d’hydrologie.

La discorde persistante entre Eneo et le gouvernement, les délestages en cours et les investissements douteux tels que le barrage de Memvé’élé soulignent les défis complexes auxquels est confronté le secteur énergétique camerounais, nécessitant des solutions durables et une coopération accrue entre les parties prenantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi