fbpx

Cameroun Actuel

Le Congrès américain adopte une aide très attendue par l’Ukraine

Des centaines de milliers d’Argentins, étudiants au premier rang, ont manifesté mardi contre la politique d’austérité du gouvernement de Javier Milei et « en défense de l’université publique gratuite ». Ces marches ont été dénoncées comme « politiques » par l’exécutif.

Dans la capitale, la mobilisation, probablement la plus importante depuis le début de la présidence Milei en décembre, a rassemblé « entre 100’000 et 150’000 » personnes, selon une source policière, et un demi-million, selon l’Université de Buenos Aires (UBA). Un syndicat enseignant a fait état d’un million de manifestants à l’échelle du pays.

A Buenos Aires, étudiants, parents, enseignants, agents d’université, mais aussi des syndicats et membres de partis d’opposition, ont paralysé tout l’après-midi le centre de Buenos Aires, aux abords du Parlement, jusqu’à la Place de Mai, siège de la présidence à 2 km, noire de monde en fin de journée, a constaté l’AFP.

D’autres rassemblements en province ont mobilisé la soixantaine d’universités publiques du pays, auxquelles s’étaient jointes des instituts privés. A Cordoba (centre), siège de la plus ancienne université du pays fondée au début du XVIIe siècle, le cortège a rassemblé des dizaines de milliers de personnes.

Objectif « déficit zéro »

A Buenos Aires, dans une ambiance festive, des étudiants brandissaient symboliquement un livre à bout de bras, dénonçant « une attaque brutale » contre l’université, comme déplorait à l’AFP Pablo Vicenti, étudiant en médecine de 22 ans: « Ils veulent lui couper les vivres en prétendant qu’il n’y a pas d’argent. Il y en a, oui, mais ils choisissent de ne pas le dépenser dans l’éducation publique ».

Les universités publiques, qui accueillent plus de 2,2 millions d’étudiants, se disent « en urgence budgétaire » depuis que le gouvernement a décidé de maintenir, pour l’année universitaire 2024 (qui a débuté en mars) le budget 2023, malgré une inflation de 288% sur douze mois. Et ce dans le cadre d’une austérité budgétaire tous azimuts, pour viser un « déficit zéro » en fin d’année, objectif du gouvernement Milei, et dompter l’inflation.

« Endoctrinement » ou excellence?

Pour plusieurs établissements, c’est une menace de paralysie, et certaines sections de la prestigieuse UBA ont récemment mis en place des économies d’urgence: parties communes non éclairées, usage restreint des ascenseurs, heures de bibliothèque…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi