fbpx

Cameroun Actuel

Le Cé qu’è lainô inscrit comme hymne officiel dans la Constitution

Le projet de passerelle piétonne en amont du pont du Mont-Blanc est attaqué par un référendum municipal. Ses opposants ont jusqu’au 26 mars pour récolter 3200 signatures valables. Le crédit destiné à sa réalisation avait été voté le 7 février par le délibératif de la Ville de Genève.

« Trois raisons nous motivent à lancer ce référendum: le coût totalement exorbitant de la passerelle, son utilité discutable et son impact écologique négatif. Au vu de son importance, ce projet doit être soumis à la consultation populaire », a indiqué vendredi devant les médias François Epars, au nom du comité référendaire qui comprend de simples citoyens et l’association SOS Patrimoine CEG.

Le crédit de 54,6 millions de francs a pourtant été accepté à une large majorité du Conseil municipal, à l’exception du MCG et de membres d’Ensemble à Gauche. Même l’UDC, qui juge cette passerelle trop chère, a voté « oui ». L’ouvrage permettra de séparer les piétons du reste du trafic et la suppression d’un trottoir sur le pont du Mont-Blanc, de créer une nouvelle piste cyclable bidirectionnelle.

Un argument qui ne convainc pas le comité référendaire. Pour Miguel Bueno, de SOS Patrimoine CEG, le projet ne règle pas les conflits d’usage entre piétons et cyclistes à la hauteur de l’Horloge fleurie. « Nous n’avons rien contre la mobilité douce, mais nous sommes pour des aménagements raisonnables et pertinents. Il faut investir cette somme pour développer les aménagements cyclables », estime M. Epars.

En zone protégée

Au niveau environnemental, « la structure sera en béton, dont la production émet beaucoup de CO2, et en acier, un gros accumulateur de chaleur en été. Les deux ans de travaux vont avoir un impact négatif sur la faune », a relevé M. Epars. Or la rade se situe dans une zone protégée par la Convention de Ramsar relative aux zones humides d’importance internationale.

Cette passerelle portera aussi gravement atteinte à l’image de la rade. « Le plan de site de la rade préconise qu’aucune construction n’est possible », a critiqué Leïla Wakil, de SOS Patrimine CEG, pour qui il s’agit plutôt d’un pont, au vu de ses dimensions. « On nous propose un ouvrage de prestige qui ne sert à rien », a résumé M. Bueno.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi