fbpx

Cameroun Actuel

Le Cameroun prêt à accueillir la CIMEC et le Conseil des ministres de l’Oeacp pour discuter des enjeux critiques liés à la transition énergétique

Le Cameroun s’apprête à être le lieu de deux événements majeurs, la quatrième édition de la Convention internationale des mines et exposition du Cameroun (CIMEC) et la réunion du Conseil des ministres des pays de l’Organisation des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (Oeacp). Prévus du 22 au 24 mai 2024, ces événements rassembleront des experts et des responsables gouvernementaux pour discuter des enjeux critiques liés à la transition énergétique.

Selon le ministre des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique (Minmidt), Fuh Calistus Gentry, l’objectif de la réunion de l’Oeacp est d’étudier les rapports et les recommandations formulés lors de la réunion des experts sur les minéraux critiques nécessaires à la transition énergétique. Les discussions porteront notamment sur le choix du lieu de transformation des matières premières critiques, avec comme options possibles les pays de l’Union européenne ou ceux de l’Oeacp dotés de ressources minérales critiques et de l’énergie nécessaire.

Cette réunion à Yaoundé fait suite à celle qui s’est tenue à Lusaka en Zambie et devrait aboutir à la production d’un document exposant la position et les options de l’Oeacp face à la proposition de règlement de l’Union européenne (UE) sur la garantie d’un approvisionnement sécurisé et durable en matières premières critiques.

Selon les données recueillies auprès de la Société nationale des mines (Sonamines), le sous-sol du Cameroun est riche en plusieurs minerais critiques considérés comme des minéraux d’avenir. Parmi ceux-ci figurent le lithium, les terres rares, les éléments du groupe du platine, le cuivre, le graphite, le niobium, le zinc, le cobalt, le nickel, entre autres.

Ces événements majeurs représentent une opportunité pour le Cameroun de mettre en avant son potentiel minier tout en participant à des discussions cruciales sur la transition énergétique et la garantie d’un approvisionnement sécurisé en matières premières critiques, des enjeux essentiels pour le développement durable et l’avenir énergétique du continent africain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi