fbpx

Cameroun Actuel

Le Cameroun exige des travailleurs étrangers le paiement des impôts ou leur expulsion

Le gouvernement camerounais a récemment pris une décision ferme envers les travailleurs étrangers travaillant illégalement dans le pays. Ils ont désormais un mois pour régulariser leur titre de séjour, payer leurs impôts ou quitter le pays. Cette mesure concerne plusieurs milliers de travailleurs étrangers, provenant de divers pays africains, asiatiques et européens, qui ont été suspendus de leurs contrats de travail jusqu’à ce qu’ils se conforment à la réglementation en vigueur.

Le Cameroun abrite actuellement plus de 11 000 travailleurs étrangers, dont plus de 10 500 travaillent sans permis de travail. Face à cette situation préoccupante, les autorités gouvernementales ont décidé d’agir afin de rétablir l’ordre et de protéger les intérêts nationaux.

Selon les responsables gouvernementaux, seuls une centaine de travailleurs étrangers, parmi les plus de 2 000 présents dans le pays, sont autorisés à travailler dans les mines d’or et à exporter du bois près de la frontière orientale avec la République centrafricaine. Ces travailleurs ont obtenu les autorisations nécessaires et sont en conformité avec les réglementations en vigueur.

Le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Issa Tchiroma Bakaty, a déclaré que la majorité des travailleurs étrangers agissent de mauvaise foi en ne payant pas d’impôts, privant ainsi le Cameroun de plus de 25 millions de dollars depuis le début de l’année. Il a également souligné que les responsables gouvernementaux des 360 districts du pays ont reçu l’ordre de veiller à ce que les travailleurs étrangers obtiennent des permis de travail et paient leurs impôts dans les 30 jours, faute de quoi ils seront contraints de quitter le pays.

Cette décision du gouvernement camerounais intervient dans un contexte où le pays connaît un afflux massif de travailleurs étrangers, notamment des Chinois et des Européens, attirés par les opportunités offertes dans les secteurs de la construction, de l’exploitation minière ainsi que de l’exploration de gaz et de pétrole. Cependant, cette situation a suscité des inquiétudes, étant donné que le taux de chômage au Cameroun atteint près de 70% de la population.

Il convient de noter que l’emploi de travailleurs étrangers au Cameroun est soumis à des procédures spécifiques. Les travailleurs potentiels doivent déclarer leurs salaires et indemnités, y compris les frais de transport et d’hébergement, qui servent à déterminer le montant à payer pour obtenir un visa de travail. Une loi adoptée en 2022 prévoit le paiement d’une redevance équivalente à deux mois de salaire pour les travailleurs non africains et à un mois de salaire pour les travailleurs africains avant la délivrance des permis de travail. Cette loi est entrée en vigueur cette année dans le but de réguler l’emploi des travailleurs étrangers et de favoriser l’emploi local.

En prenant cette décision, le gouvernement camerounais cherche à instaurer un équilibre entre l’emploi des travailleurs étrangers et la protection des intérêts nationaux. Il s’agit également de stimuler l’emploi local en encourageant les entreprises à recruter des travailleurs camerounais qualifiés et à contribuer ainsi au développement économique du pays.

Cette mesure vise à renforcer la réglementation en matière d’emploi des travailleurs étrangers et à lutter contre l’immigration illégale. Elle permettra également de préserver les ressources du pays en obligeant les travailleurs étrangers à contribuer financièrement par le paiement des impôts, ce qui bénéficiera à l’économie nationale.

Le Cameroun a pris une décision ferme envers les travailleurs étrangers travaillant illégalement dans le pays. Cette mesure vise à régulariser la situation, à protéger les intérêts nationaux et à stimuler l’emploi local. En demandant aux travailleurs étrangers de régulariser leur statut et de payer leurs impôts, le gouvernement camerounais cherche à instaurer un équilibre entre l’emploi des travailleurs étrangers et la situation économique du pays. Cette décision est également une étape importante dans la lutte contre l’immigration illégale et dans la préservation des ressources nationales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi