fbpx

Cameroun Actuel

Le Cameroun et l’Italie veulent signer une convention fiscale

Après la Chine, le Cameroun et l’Italie pourrait bientôt être liée par une convention fiscale, qui portera notamment sur la prévention de la double imposition des revenus sur les travailleurs et les entreprises. Des négociations sont déjà engagées entre les deux gouvernements.

Le Cameroun et l’Italie ont engagé le 8 novembre 2023, des négociations en vue de la signature puis la ratification d’un accord pour prévenir la double imposition des revenus des travailleurs et des entreprises (lorsque deux États prélèvent des impôts sur les mêmes éléments du revenu ou de la fortune d’un assujetti, Ndlr). C’est ce qui ressort de l’échange qu’ont eu à Yaoundé, le ministre des Finances Louis Paul Motaze et Filippo Scammacca Del Murgo, ambassadeur d’Italie au Cameroun.

En en croire le diplomate italien en poste à Yaoundé depuis octobre 2021, la convention en vue cache de nombreux enjeux notamment économiques. Si l’on n’a pas pour le moment des projections quant à la matérialisation de cet accord, l’on sait d’ores et déjà qu’il se veut un cadre de référence équitable qui devrait « simplifier la vie » aussi bien aux personnes vivant et travaillant en Italie qu’au Cameroun. « Nous avons une communauté d’à peu près 14 à 16 000 Camerounais qui vivent en Italie. Parfois c’est des étudiants ; donc ils ne paient pas d’impôts, mais parfois c’est des gens qui travaillent. La même chose ici au Cameroun, nous avons pas mal d’entreprises italiennes qui opèrent au Cameroun », a déclaré Filippo Scammacca Del Murgo.

Même si la convention fiscale toute seule ne suffit pas à drainer plus d’investissements, la prévention de la double imposition devrait néanmoins « permettre de renforcer les investissements italiens au Cameroun ». C’est dire que l’Italie envisage à travers l’accord en perspective, challenger la Chine qui détient plus de 50% des investissements directs étrangers(IDE) au Cameroun du fait des projets structurants (ponts, routes, barrages, etc. dont elle s’est vu attribuer dans les années 2010. « Entre 2000 et 2014, le Cameroun a capté 2 750 milliards de Fcfa d’investissements directs étrangers, dont 1 850 milliards de Fcfa provenant de la Chine. Ce qui représente environ 67% des IDE entrant au Cameroun (…) Les autres IDE provenaient des pays tels que la France, les États-Unis, le Nigéria », fait savoir la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced).

Sous un autre angle, prévenir la double imposition permettrait au Cameroun et l’Italie de lever des obstacles afin de booster leurs relations économiques et commerciales. Tenez, selon l’Institut national de la statistique(INS), l’Italie est le 4e client du Cameroun en 2021(et 2e en Europe) avec 170 milliards de Fcfa soit 7,1% seulement de la valeur totale des exportations ressorties à 2 393,8 milliards de Fcfa cette année-là. Elle arrive derrière la Chine (25%), les Pays-Bas (12,4%) et l’Inde (9,6%). Par ailleurs, dans le Top 10 des fournisseurs du Cameroun en 2021, l’Italie répond aux abonnés absents.

Pour l’heure, aucune information ne filtre sur la date ou du moins, la période probable sur la signature effective de l’accord annoncé. Mais il convient de rappeler qu’il a fallu 10 années de négociations entre la Chine (premier partenaire économique du Cameroun) et le Cameroun pour arriver à cette conclusion le 17 octobre dernier à Beijing. Il s’agissait alors de la 15ème convention de non double imposition avec les partenaires bilatéraux du pays de Paul Biya.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi