fbpx

Cameroun Actuel

L’Autriche octroie plus de 32 milliards Fcfa au Cameroun pour la construction de Centres de formation professionnelle

L’Autriche a récemment annoncé son intention d’octroyer une somme de 50 millions d’euros, soit environ 32,775 milliards de Fcfa, au Cameroun pour la construction de Centres de formation professionnelle (CFP). Cette annonce a été faite lors d’une réunion de travail entre la société autrichienne Vace Système Technik Gmbh Linz, supervisée par Horst Bernard, et Issa Tchiroma Bakary, ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle. Ce partenariat permettra de mettre en place cinq centres de formation professionnelle dans les régions du Centre, de l’Est et du Nord du pays.

Le gouvernement camerounais accorde une grande importance à la mise en place de ces centres de formation professionnelle, afin de permettre aux apprenants d’acquérir des compétences opérationnelles directement applicables dans les grandes entreprises, y compris occidentales, sans nécessiter de remise à niveau supplémentaire. Selon le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, le coût minimum pour la mise en place d’un centre de formation professionnelle est estimé entre 5 et 6 milliards de Fcfa. Les partenaires autrichiens et turcs, ainsi que d’autres partenaires potentiels, contribuent financièrement à cet investissement, qui représente un enjeu majeur pour le développement du pays.

Il convient de souligner que le Cameroun compte 360 arrondissements, ce qui signifie qu’il faudrait plus de 2 000 milliards de Fcfa pour atteindre l’objectif fixé par le ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle. Cependant, le département ministériel dispose généralement d’un budget limité. En 2023, par exemple, le ministère a bénéficié d’un budget de seulement 25,6 milliards de Fcfa, soit 0,04% du budget total établi à 6 726,9 milliards de Fcfa, conformément à la loi de finance rectificative.

Ces chiffres mettent en évidence les défis auxquels le secteur de la formation professionnelle est confronté au Cameroun. Selon l’Observatoire national de l’emploi et de la formation professionnelle (Onefop), l’accès à l’électricité et à Internet reste limité dans de nombreux centres de formation professionnelle, en particulier dans le secteur public. Par exemple, seulement 24,83% des CFP publics sont électrifiés et seulement 30% disposent d’une connexion Internet. Ces infrastructures sont pourtant essentielles pour le développement de la formation professionnelle.

Dans ce contexte, la transformation des établissements d’enseignement secondaire public situés dans les zones rurales en centres de formation aux métiers modernes est une priorité. Le ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle a déjà exprimé son engagement envers cette transformation en février dernier. Il est donc crucial d’accentuer les efforts en matière de formation professionnelle, d’autant plus que les pouvoirs publics sensibilisent les entreprises qui emploient une main-d’œuvre étrangère irrégulière à régulariser leur personnel sous peine d’exclusion du territoire.

L’octroi de 50 millions d’euros par l’Autriche pour la construction de Centres de formation professionnelle au Cameroun est une opportunité majeure pour le développement du pays. Cependant, il est essentiel de garantir un financement adéquat et de surmonter les défis infrastructurels afin de permettre aux apprenants d’acquérir les compétences nécessaires pour intégrer le marché du travail. La formation professionnelle joue un rôle clé dans la création d’emplois et la croissance économique, et il est donc crucial d’investir dans ce secteur pour assurer un avenir prospère au Cameroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi