fbpx

Cameroun Actuel

L’Armée de l’Air camerounaise teste ses compétences dans un exercice de simulation d’attaque criminelle

L’armée de l’air camerounaise a mené le 4 avril 2024 un exercice de simulation d’attaque criminelle au stand de tir de Tchabbal, situé à 25 kilomètres de Ngaoundéré, pour tester ses compétences tactiques.

L’opération visait à évaluer les capacités d’intervention air-sol des forces de défense camerounaises et leur préparation à répondre à des scénarios de crise.

L’exercice a débuté par une mission de recherche et de sauvetage à la suite d’un accident d’avion simulé. Les forces des opérations de recherche et de sauvetage, appuyées par des moyens aéroportés, sont rapidement intervenues pour localiser et récupérer les survivants de l’épave.

Cependant, la situation a pris une tournure désastreuse lorsque les survivants sont tombés entre les mains de criminels qui les ont pris en otages. Face à la menace croissante, des commandos ont été déployés pour libérer les otages. Malgré le succès de l’opération, certains commandos ont été blessés lors d’intenses échanges de tirs.

Une évacuation médicale rapide par hélicoptère a transporté les blessés vers un hôpital militaire pour des soins urgents.

Au fur et à mesure que la situation évoluait, des renforts criminels ont convergé vers le champ de bataille, représentant une menace accrue pour les forces de défense et le camp. Pour renforcer la sécurité, des Air Riflemen ont été mobilisés pour protéger les forces et le camping.

De plus, une menace blindée a été identifiée au nord du champ de bataille, ce qui a incité le déploiement d’un appui-feu pour neutraliser l’ennemi.

L’ensemble de l’exercice, qui a duré moins de deux heures, a été étroitement surveillé par de hauts responsables, dont le général de brigade aérienne Jean Calvin Momha, chef d’état-major de l’armée de l’air, et le gouverneur de l’Adamawa, Kildadi Taguiéké Boukar.

L’armée de l’air camerounaise fait partie des forces de défense camerounaises, qui comprennent également la marine camerounaise, l’armée camerounaise, la gendarmerie nationale et la garde présidentielle.

Ils protègent l’intégrité territoriale de la nation, luttent contre les menaces terroristes, protègent la présidence et les institutions vitales du pays et interviennent en période de bouleversements internes extrêmes.

Les forces de défense, notamment l’armée, la gendarmerie et l’armée de l’air, ont été en première ligne pour lutter contre divers défis sécuritaires, notamment l’insurrection de Boko Haram dans l’Extrême-Nord et la crise anglophone dans les régions anglophones.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi