fbpx

Cameroun Actuel

La truite marmorata, espèce menacée, élue poisson de l’année 2024

La truite marmorata a été élue poisson de l’année 2024 par la Fédération Suisse de Pêche (FSP). Cette ambassadrice de la « biodiversité unique » des poissons du sud des Alpes doit aujourd’hui lutter pour sa survie.

Parfaitement camouflée, la truite marmorata (Salmo marmoratus) a dominé les eaux du sud de la Suisse pendant des millénaires, relève mardi la FSP. Mais elle n’est aujourd’hui plus présente que dans le lac Majeur et quelques cours d’eau isolés du Tessin, dans le Val Bregaglia et le Val Poschiavo.

De plus, de nombreuses truites marmorata ne sont plus génétiquement pures, mais hybridées avec la truite de souche atlantique.

Prédateur alpha

La marmorata est un poisson vorace. Les jeunes individus se contentent d’insectes et de crustacés. Mais dès que sa bouche caractéristique est assez grande, la truite ne connaît aucun répit et dévore tout ce qu’elle peut. Même les plus petits de ses congénères ne sont pas à l’abri.

Il n’est donc pas étonnant que ce prédateur alpha, qui peut atteindre plus d’un mètre de long, trône au sommet de la chaîne alimentaire.

Politique de repeuplement erronée

Même cette espèce de poisson adaptable a toutefois été victime de notre civilisation, déplore la FSP. Elle a ainsi fait les frais d’une pratique de repeuplement involontairement erronée durant les décennies passées, explique David Bittner, administrateur de la fédération, cité dans le communiqué. Des truites du bassin du Rhin ont en effet été introduites dans les eaux de la marmorata.

Autres problèmes, les obstacles mis à la migration des poissons. Or la marmorata remonte les cours d’eau sur plusieurs kilomètres pour frayer. « Si la migration piscicole est interrompue par des obstacles, la reproduction est fortement limitée », dit M. Bittner. Sans compter d’autres problèmes fondamentaux de la protection des eaux.

Efforts de conservation

La fédération de pêche du canton du Tessin s’engage, en collaboration avec la FSP, pour le sauvetage et la conservation du poisson, dans le domaine de l’élevage et de la gestion.

En outre, un projet similaire aux efforts actuels dans le cadre du projet « Doubs Vivant » pour la sauvegarde du « Roi du Doubs » est à l’étude. Le projet MarmoGen de la fédération de pêche du Tyrol du Sud doit servir de modèle.

Plusieurs raretés

Le Tessin, région hydrographique relativement isolée de Suisse, dispose d’une biodiversité de poissons particulière,…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi