fbpx

Cameroun Actuel

La tragédie de l’hôpital de Biyem-Assi : un nouvel incident met en lumière les lacunes du système de santé

Hôpital de Biyem-Assi à Yaoundé

L’incident tragique survenu hier soir à l’hôpital de Biyem-Assi, dans le 6e arrondissement de Yaoundé, a provoqué une vive indignation parmi la population. Un petit garçon de 5 ans, prénommé Louka, a perdu la vie après avoir été heurté par un véhicule dans le quartier Biyem-Assi Supérette. Cet événement douloureux soulève une fois de plus des questions sur la qualité des soins médicaux et les lacunes du système de santé au Cameroun.

Selon les témoignages des proches de la victime, Louka, élève à l’école « Les Dégourdis », a été renversé alors qu’il jouait au ballon avec d’autres enfants. Malheureusement, l’automobiliste n’a pas vu le petit garçon et l’a heurté au moment où il tentait de se relever. Rapidement transporté à l’hôpital de district de Biyem-Assi par le propriétaire du véhicule, Louka était encore conscient et a pu raconter les circonstances de l’accident à sa maman. Cependant, la situation s’est rapidement détériorée et il a fallu le placer en soins intensifs. Malheureusement, l’hôpital de Biyem-Assi était défaillant et manquait d’oxygène, ce qui a aggravé l’état de santé de Louka. Malgré les tentatives désespérées pour le sauver, le petit garçon a perdu la vie une heure plus tard.

La mort tragique de Louka a provoqué une vive tension entre les familles et le personnel soignant de l’hôpital. Les gendarmes ont dû intervenir pour calmer la situation et prendre en charge le corps de la victime. Les habitants de Biyem-Assi expriment leur colère envers l’hôpital, le qualifiant de « mouroir ». Ils dénoncent une prise en charge défaillante et des décès fréquents. Cette indignation est d’autant plus forte que l’hôpital de Biyem-Assi avait déjà été pointé du doigt il y a quelques mois pour le décès d’une jeune fille prénommée Clara, dont la mère avait également dénoncé les mauvais traitements et les retards dans la prise en charge.

Cet incident tragique met en lumière les problèmes persistants du système de santé au Cameroun. Les familles sont confrontées à des difficultés pour accéder à des soins de qualité et fiables. Les hôpitaux publics, comme celui de Biyem-Assi, sont souvent dépourvus de ressources et de personnel qualifié, ce qui compromet la sécurité et le bien-être des patients. Il est urgent que les autorités sanitaires prennent des mesures pour améliorer les conditions de travail du personnel médical, renforcer les infrastructures hospitalières et garantir un accès équitable aux soins de santé pour tous les citoyens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi