fbpx

Cameroun Actuel

La tempête s’abat sur Samuel Eto’o : le TCS ouvre une enquête sur la gestion de la FECAFOOT

Samuel Eto'o

La stratégie implacable du gouvernement camerounais contre le président de la Fédération Camerounaise de Football (FECAFOOT), Samuel Eto’o, est désormais en marche, avec des développements récents qui pourraient avoir des conséquences dévastatrices sur sa position. Lors de son discours à la jeunesse le 11 février 2024, le président Paul Biya a évoqué la nécessité d’une meilleure organisation et de meilleurs résultats dans le football, promettant une surveillance attentive de la part du gouvernement.

La première étape de cette offensive a été les auditions au Premier ministère, y compris celle du président de la FECAFOOT, qui a été informé de la reprise de la gestion des équipes nationales par le gouvernement. Le ministre des Sports, Narcisse Kombi Mouelle, a également annoncé le non-renouvellement du contrat de Rigobert Song et de tout son staff. Cependant, la gravité de la situation a atteint son paroxysme avec l’instruction donnée au Tribunal Criminel Spécial (TCS) d’ouvrir une enquête sur la gestion de la FECAFOOT, notamment sur l’utilisation des fonds publics par Samuel Eto’o.

L’enquête, dirigée par le commissaire divisionnaire Oko Petit Joël, vise à examiner attentivement les fonds alloués par l’État à la FECAFOOT, totalisant près de 30 milliards de Fcfa depuis l’arrivée de Samuel Eto’o à sa tête. Plus particulièrement, les 2,7 milliards de Fcfa avancés par l’État pour la Coupe du Monde au Qatar sont scrutés, avec des allégations de dilapidation de cet argent.

Un aspect particulièrement délicat de l’enquête concerne la gestion de l’équipementier ONE ALL SPORTS, qui aurait créé des tensions diplomatiques avec la France. Les réparations pourraient s’élever à plus de 10 milliards de Fcfa. L’État souligne l’absence de notification fiscale ou de budget officiel pour ce contrat, et l’équipementier, selon les allégations, n’aurait pas rempli ses obligations.

La question cruciale posée à Samuel Eto’o concerne les 650 millions de Fcfa d’équipements fournis par ONE ALL SPORTS. L’État, affirmant ne rien trouver dans les documents officiels de la FECAFOOT, demande des comptes. Cette situation crée une impasse, avec des conséquences potentiellement désastreuses pour Eto’o et la FECAFOOT.

Cette enquête au TCS s’ajoute à d’autres enquêtes en cours sur des allégations de trucage de matchs à la police judiciaire, ainsi qu’aux enquêtes en cours à la Confédération Africaine de Football (CAF) et à la Fédération Internationale de Football Association (FIFA). Les conclusions de ces enquêtes sont attendues dans les semaines à venir, suggérant que la tempête juridique qui se profile pourrait avoir des répercussions à plusieurs niveaux. La carrière et la réputation de Samuel Eto’o sont indéniablement à un moment critique, confrontées à une enquête qui pourrait redéfinir le paysage du football au Cameroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi