fbpx

Cameroun Actuel

La Russie apporte son soutien à la candidature de Philémon Yang à la présidence de l’Assemblée générale de l’ONU

La candidature de l’ancien Premier ministre camerounais Philémon Yang à la présidence de l’Assemblée générale des Nations Unies reçoit un nouveau soutien de poids, celui de la Russie. L’annonce a été faite par l’ambassadeur de la Fédération de Russie au Cameroun et en Guinée équatoriale, Georgy Todua, lors d’une récente rencontre avec le ministre camerounais des Relations extérieures, Lejeune Mbela Mbela.

Cet appui de la Russie à Philémon Yang s’explique par la solide coopération entre les deux pays, a précisé l’ambassadeur Todua lors d’une interview accordée au média d’État CRTV. Cette nouvelle vient renforcer la candidature de Philémon Yang, qui a déjà reçu le soutien unanime des membres de l’Union africaine après le retrait du candidat sud-africain au poste.

De plus, lors de sa récente session à Malabo, en Guinée équatoriale, la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) a également exprimé son soutien à Philémon Yang, le présentant comme une figure respectée de la région.

Philémon Yang, en quête de bénédictions ancestrales, s’est rendu au Palais Oku lors d’une visite en Guinée équatoriale. Le monarque local lui a accordé les bénédictions de la terre alors qu’il poursuivait ses aspirations au poste aux Nations Unies.

Avec ce soutien de la Russie, le Cameroun entend intensifier ses efforts diplomatiques pour obtenir un appui supplémentaire à Philémon Yang, actuellement Grand Chancelier de l’Ordre National. Si élu, il succédera à Denis Francis en tant que 79e président de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Philémon Yang, originaire d’Oku dans la région du Nord-Ouest du Cameroun, a occupé le poste de Premier ministre du pays à partir de 2009. Sa candidature intervient après deux décennies passées comme ambassadeur du Cameroun au Canada. Cependant, sa gestion de la crise anglophone pendant son mandat de Premier ministre a été critiquée, certains remettant en question sa capacité à répondre efficacement aux revendications de la population anglophone avant que le conflit ne s’intensifie en 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi