fbpx

Cameroun Actuel

La population de Garoua Boulai prend d’assaut la brigade de gendarmerie pour débusquer un meurtrier 

Ville de Garoua Boulai, dans la région de l'Est

La population de Garoua Boulai est profondément bouleversée après un événement tragique survenu hier mardi. Un jeune homme a été poignardé à mort par un vieil homme, ce qui a suscité une vive colère parmi les habitants de la localité. Aujourd’hui, les populations en colère ont pénétré dans les locaux de la gendarmerie de la ville pour débusquer le meurtrier présumé.

Selon des sources sur place, le vieillard assassin aurait été conduit dans les locaux de la gendarmerie nationale après avoir commis son acte odieux. Cependant, les locaux de la gendarmerie ont été pris d’assaut par les populations en colère, qui souhaitent l’extirper de là pour le conduire dans les locaux des BIR, où il pourrait être en sécurité. L’image ci-dessus montre le meurtrier présumé masqué, ce qui témoigne de la tension et de la détermination des habitants à faire justice.

Pendant ce temps, le sous-préfet de Garoua Boulai est confronté à une situation tout aussi préoccupante. Une vidéo compromettante, connue sous le nom de sextape, impliquant le sous-préfet, a été diffusée sur les réseaux sociaux. Dans une déclaration sans équivoque, le sous-préfet a révélé les détails sordides d’une tentative de chantage financier et de diffamation dont il est victime depuis plusieurs mois.

La vidéo, qui a été divulguée le 24 octobre 2023, montre un homme nu se livrant à des actes indécents devant la caméra de son téléphone. Bien que la vidéo prétende impliquer le sous-préfet Abena Jean Patrick, il s’avère qu’elle est en réalité le produit d’un cybercriminel opérant depuis le Bénin. Selon la victime, ce criminel l’a harcelé en utilisant des méthodes de chantage financier pour le contraindre à démissionner de son poste, prétendument en raison de sa dénonciation de la politique gouvernementale actuelle.

Face à la détermination du sous-préfet de ne pas céder aux exigences du cybercriminel, ce dernier est allé jusqu’à lui proposer de rédiger lui-même sa lettre de démission et de la faire publier dans les médias et les réseaux sociaux. Cette manœuvre ignoble vise à ternir l’image du sous-préfet et à entraver sa carrière professionnelle.

Monsieur Abena Jean Patrick tient à rassurer sa famille, sa hiérarchie, ses proches, ainsi que le grand public, de son attachement indéfectible aux valeurs morales et à son intégrité sans faille. Il est pleinement conscient des lois en vigueur au Cameroun relatives à la cybercriminalité et a déjà entrepris des actions en collaboration avec l’ANTIC (Agence Nationale des Technologies de l’Information et de la Communication) et les autorités judiciaires compétentes pour poursuivre l’auteur de cet acte diffamatoire et infamant.

Cette mise au point du sous-préfet de Garoua Boulai dévoile une tentative de chantage pernicieuse visant à porter atteinte à son honneur et à sa carrière. Elle démontre également sa détermination à faire valoir ses droits conformément à la loi et à faire face à cette campagne de diffamation orchestrée à son encontre.

Dans l’ensemble, la population de Garoua Boulai est actuellement confrontée à deux situations graves qui ont secoué la ville. D’une part, le meurtre choquant d’un jeune homme a provoqué une colère justifiée parmi les habitants, qui exigent justice. D’autre part, la diffusion de la vidéo compromettante du sous-préfet a suscité l’indignation et la consternation de la population. Il est essentiel que les autorités prennent des mesures appropriées pour résoudre ces problèmes et rétablir la paix et la confiance dans la communauté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi