fbpx

Cameroun Actuel

La FIFA confirme que le carton bleu sera discuté

Le président de l’UEFA Aleksander Ceferin a déclaré jeudi qu’il ne briguerait pas un nouveau mandat en 2027 à la tête de la Confédération européenne de football. Une annonce surprise.

« J’ai décidé il y a environ six mois que je ne prévoyais plus de me présenter en 2027 », a expliqué Ceferin, arrivé à la tête de l’instance en 2016 après le départ de Michel Platini, emporté par une affaire de paiement suspect concernant la FIFA. « La raison est qu’après un certain temps, chaque organisation a besoin de sang neuf, mais principalement parce que j’ai été loin de ma famille pendant sept ans maintenant ».

Cette annonce surprise est intervenue quelques instants après le vote par le Congrès de l’instance à Paris d’une modification des statuts donnant la possibilité au dirigeant slovène d’être de nouveau candidat en 2027 pour un quatrième mandat.

La disposition a été approuvée par deux tiers des voix, comme stipulé par les statuts de l’instance.

Le texte ne supprime pas la limite de trois mandats, l’une des mesures clés prises en avril 2017 par Ceferin après la cascade de scandales qui avaient entraîné des restrictions similaires à la FIFA et au CIO.

Mais il précise que cette règle, valable pour tous les membres du comité exécutif, ne prend pas en compte les mandats « commencés avant le 1er juillet 2017 ». Ce qui aurait théoriquement permis à Ceferin, reconduit à son poste en 2023 pour un nouveau mandat de quatre ans, de tenter de se succéder à lui-même en 2027 et de rester ainsi en poste jusqu’en 2031.

Ce projet avait provoqué une crise à l’UEFA avec la démission du directeur du football Zvonimir Boban, le 25 janvier.

L’ancien meneur de jeu croate, demi-finaliste du Mondial 98, avait claqué la porte en exprimant « sa grande inquiétude et sa totale désapprobation », indiquant qu’il quittait l’UEFA au nom des « principes et valeurs auxquels (il croit) profondément ».

Arrivé à la tête de l’UEFA en 2016, Ceferin (56 ans), avocat de métier, a eu à gérer de nombreuses crises, la plus importante étant le projet de Super Ligue porté d’abord par 12 grands clubs européens en 2021.

Si ses initiateurs ont fini par renoncer devant le tollé et la mobilisation politique, il a été relancé par la décision de la Cour de justice de l’Union européenne qui a estimé en décembre dernier que l’UEFA avait enfreint le droit en interdisant la compétition.

Il s’est également opposé sur…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi