fbpx

Cameroun Actuel

La demande reprend dans la construction en Suisse au 3e trimestre

Les entreprises vaudoises résistent comme elles peuvent au ralentissement de la conjoncture mondiale. De fortes disparités marquent les branches des différents secteurs, notamment en fonction des marchés dont elles dépendent.

« Après le rebond extraordinaire de 2021, qui a suivi la récession due à la pandémie, la conjoncture a de nouveau ralenti en 2022 sur l’ensemble du globe en raison de la guerre en Ukraine et des tensions sur le marché de l’énergie. Une situation incertaine a marqué 2023 et devrait perdurer en 2024 », a expliqué mardi Jean-Pascal Baechler, conseiller économique à la Banque cantonale vaudoise (BCV) aux médias lors de la présentation des derniers indicateurs conjoncturels publiés par la Chambre vaudoise du commerce et de l’industrie (CVCI).

Dans ce contexte, la croissance dans le canton de Vaud s’inscrit en baisse de un point, à 1,4% pour cette année et devrait se maintenir à 1,3% en 2024. Une tendance similaire s’observe en Suisse. La Commission parle donc de stabilité, soulignant que l’économie vaudoise ne ploie pas devant l’affaiblissement mondial. Mais pas de quoi se réjouir pour autant, selon Jean-Pascal Baechler.

Jean-Pascal Baechler de souligner tout de même que l’inflation est en baisse. Elle est repassée sous la barre des 2%. Doit-on donc s’attendre à une baisse des taux directeurs l’an prochain ? La réponse du conseiller économique de la BCV.

Baisse des exportations

Sans surprise, les exportations vaudoises ont reculé de 5,3% sur les 10 premiers mois de l’année. Leur niveau reste cependant supérieur à celui de 2019. Les différentes branches connaissent des fortunes diverses: en baisse pour la chimie et le matériel médical, en hausse pour l’horlogerie.

« Cela s’explique notamment par les marchés dont dépendent les branches », poursuit Claudio Bologna. « Les industries dépendantes de la zone euro sont impactées en raison de la cherté du franc. En revanche, l’horlogerie et la joaillerie, qui ont l’Asie comme principal marché ressentent moins ce paramètre. »

Fortes disparités

Les secteurs connaissent également de fortes variations. Dans la construction, les carnets de commande du second oeuvre atteignent des valeurs record, avec 11 mois de réserves de travail. Ceux du gros oeuvres sont plus clairsemés avec des réserves de trois mois. « Les démarches administratives qui deviennent toujours plus longues et complexes ont tendance à décourager…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi