fbpx

Cameroun Actuel

La Cour suprême examine l’interdiction de l’avortement dans l’Idaho

L’extrême droite allemande, déjà ébranlée par une série de scandales, s’est enfoncée mercredi dans la crise. Des enquêtes préliminaires ont été ouvertes pour soupçons de financements russes et chinois contre sa tête de liste aux prochaines élections européennes.

Ces investigations menées par le parquet de Dresde (est) visent l’eurodéputé Maximilian Krah du parti Alternative pour l’Allemagne (AfD), a indiqué à l’AFP un porte-parole de cette instance.

Or, cet élu est déjà touché par une autre affaire: l’un de ses assistants au Parlement européen, suspecté d’être un agent chinois, a été arrêté mardi.

M. Krah l’a depuis renvoyé. Le chancelier Olaf Scholz a toutefois jugé mercredi ces accusations contre l’assistant « très, très préoccupantes ».

Pour le moment, l’AfD, mouvement anti-migrants et anti-euro, a décidé de maintenir M. Krah comme tête de liste en vue du scrutin européen de juin, malgré l’arrestation la veille du collaborateur d’origine chinoise.

FBI

Mais c’était avant l’annonce de l’ouverture des deux enquêtes préliminaires. Elles doivent « vérifier s’il existe un soupçon de corruption du député », a précisé le parquet de Dresde. La semaine dernière, des médias allemands ont révélé que Maximilian Krah avait été interrogé lors d’un déplacement aux Etats-Unis par le FBI en décembre dernier au sujet de paiements reçus d’un militant pro-Kremlin.

L’élu et son numéro deux sur la liste des européennes, Petr Bystron, sont en outre déjà cités depuis des semaines dans le cadre de l’affaire du réseau présumé de propagande russe « Voice of Europe », sanctionné fin mars par le gouvernement tchèque.

M. Krah a reconnu début avril être apparu à deux reprises sur ce site web « Voice of Europe », mais ne pas avoir « bien sûr reçu d’argent pour cela ».

En ce qui concerne M. Bystron, le magazine allemand Der Spiegel a fait état mercredi de nouveaux éléments à charge, en particulier un enregistrement audio sur une remise d’argent liquide présumée par un homme d’affaires prorusse. Le responsable de l’AfD a réfuté toutes les accusations.

A ces affaires viennent s’ajouter plusieurs autres controverses qui ébranlent l’extrême droite allemande depuis des mois, alors que les sondages lui ont longtemps promis des percées aux européennes de juin et dans trois scrutins régionaux en septembre dans l’est de l’Allemagne (Saxe, Thuringe et Brandebourg), où elle a ses…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi