fbpx

Cameroun Actuel

La Cédéao allège les sanctions contre le Niger : un pas vers la normalisation des relations après le renversement du président Bazoum

Les dirigeants des pays membres de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) ont pris la décision de lever partiellement les sanctions imposées au Niger, marquant ainsi un tournant dans les relations entre l’organisation régionale et le pays, qui avait été frappé de sanctions après le coup d’État militaire en juillet dernier.

L’annonce a été faite par le président de la Commission de la Cédéao lors d’un sommet extraordinaire à Abuja ce samedi. La levée des sanctions, effective immédiatement, concerne notamment la réouverture des frontières et de l’espace aérien nigériens.

Les sanctions avaient été mises en place à la suite du renversement du président élu Mohamed Bazoum par un régime militaire. Cependant, les dirigeants de la Cédéao semblent maintenant prêts à engager un dialogue avec le Niger. Le président sierra-léonais a souligné l’importance de ne pas capituler, mais plutôt de discuter avec les pays qui ont choisi de quitter l’institution.

Le président sénégalais, Macky Sall, a quant à lui dénoncé les ingérences extérieures dans les affaires de la Cédéao, plaidant en faveur d’une levée graduelle des sanctions contre le Niger et de la libération immédiate du président renversé, Mohamed Bazoum.

Le président ivoirien Alassane Ouattara, jouant le rôle de sage dans la salle, a proposé une discussion avec le Mali, le Niger et le Burkina Faso, indiquant la volonté de la Cédéao d’engager un dialogue constructif pour résoudre les différends.

Certains dirigeants, comme le président ghanéen Nana Akufo-Addo, maintiennent une position ferme envers les juntes au Mali, au Niger et au Burkina Faso. En revanche, le président béninois Patrice Talon célèbre « la Cédéao des peuples » et insiste sur la nécessité que les sanctions n’affectent pas les populations.

La levée partielle des sanctions contre le Niger représente un premier pas vers la normalisation des relations entre la Cédéao et le pays, montrant une volonté de résoudre les différends par le dialogue et la diplomatie plutôt que par des mesures punitives. L’évolution de cette dynamique sera suivie de près dans les prochains développements diplomatiques au sein de la région.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi