fbpx

Cameroun Actuel

La Beac vise 1 million de points de paiement pour bancariser 75% de la Cemac d’ici 2030

La Banque des États de l’Afrique centrale (Beac) a dévoilé un ambitieux plan visant à atteindre un taux de bancarisation de 75% dans la zone Cemac (Cameroun, Gabon, Tchad, Congo, Guinée-Équatoriale et RCA) d’ici 2030. Pour y parvenir, la Beac prévoit la création d’un million de points de paiement répartis dans la sous-région, permettant ainsi aux populations d’accéder plus facilement aux services financiers.

Lors du premier forum dédié à la fintech, organisé par la banque centrale du 29 au 31 janvier 2024 à Douala, Jean-Clary Otoumou, le directeur général de l’exploitation de la Beac, a révélé les détails de cette initiative stratégique. Dans un premier temps, la Beac envisage d’équiper 350 000 points de paiement d’ici 2025-2027, avant de procéder à la construction des 650 000 points restants lors de la phase suivante.

Selon les estimations, le coût total de cet investissement ambitieux est actuellement évalué entre 40 et 60 millions d’euros, soit entre 26,2 et 39,3 milliards de FCFA à la valeur actuelle du dollar américain. Ces points de paiement seront déployés dans les villes et localités des six pays de la Cemac, là où des services financiers sont couramment effectués.

Jean-Clary Otoumou souligne que l’objectif principal de cette initiative est de réduire l’utilisation de l’argent liquide au profit des instruments de paiement électroniques. Il affirme : « L’objectif est que tout le monde utilise moins le cash et un peu plus les instruments de paiements pour que l’argent continue à circuler non plus physiquement, mais électroniquement. Ça fait une économie potentielle de 2 à 3% du PIB de la Cemac. »

Cette transition vers des paiements électroniques est perçue comme une mesure économique majeure, avec des avantages potentiels significatifs pour l’économie de la Cemac. La Beac s’engage ainsi à jouer un rôle clé dans la transformation du paysage financier de la sous-région, favorisant l’inclusion financière et la modernisation des transactions monétaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi