fbpx

Cameroun Actuel

Koppo appelle à un changement de mentalité des Camerounais face à la vie chère

L’artiste Koppo a récemment pris position face aux multiples plaintes des internautes concernant le coût de la vie au Cameroun. Dans un message engagé, il affirme que malgré les difficultés actuelles, le véritable changement doit venir des Camerounais eux-mêmes.

Les réseaux sociaux bruissent de mécontentements et de revendications sur le coût de la vie au Cameroun. Les internautes expriment leur frustration avec des slogans tels que « Trop c’est trop », « Y en a marre », et « Ce pays doit changer ». Koppo, loin de jouer l’indifférence, prend la parole pour partager son point de vue affirmatif sur la nécessité d’un changement, mais pas nécessairement dans le sens que certains attendent.

Selon Koppo, le pays lui-même n’est pas le problème. Il souligne que le Cameroun a été trouvé dans un état stable et paisible, sans pression particulière. Cependant, il met en avant l’idée que le changement doit émaner de la population elle-même.

« C’est nous qui devons changer », déclare l’artiste, pointant du doigt certains aspects de la mentalité camerounaise qui, selon lui, entravent le progrès collectif.

Il évoque la nécessité de changer la « couardise » qui, selon lui, rend les citoyens incapables de prendre leurs responsabilités. Il appelle à une participation active des citoyens dans les processus démocratiques, soulignant l’importance de s’inscrire sur les listes électorales et de prendre le contrôle de leur destin au moment crucial.

Koppo exhorte également à changer l' »égoïsme » qui prévaut, incitant les individus à ne penser qu’à leurs propres intérêts au détriment du bien commun. Il critique la tendance à la haine, à la sorcellerie, et au manque de reconnaissance envers les mérites des autres, des attitudes qui, selon lui, nuisent à la progression de la société.

L’artiste met en lumière la nécessité de changer les « attentes » prévisibles des Camerounais vis-à-vis de leurs dirigeants. Il dénonce le cycle préélectoral où des petites promotions ou des projets mineurs sont lancés peu de temps avant les élections pour influencer le vote, appelant à une plus grande vigilance et à une demande de comptes plus exigeante envers les gouvernants.

Enfin, Koppo élargit sa perspective au niveau continental, critiquant l’appellation de « continent » lorsque les droits élémentaires des citoyens deviennent des luxes. Il interpelle la société sur les conditions de vie de base telles que l’électricité, l’eau, les routes, les hôpitaux, et les écoles qui, dans de nombreuses régions, restent des préoccupations majeures.

Le message de Koppo se termine par une note d’humour, soulignant son propre besoin de « changer de marabout », faisant référence à une figure humoristique traditionnelle au Cameroun.

En conclusion, l’appel de Koppo à un changement de mentalité reflète une prise de position engagée sur les défis actuels au Cameroun et encourage les citoyens à être les moteurs du changement qu’ils souhaitent voir dans leur pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi