fbpx

Cameroun Actuel

Kondengui : la tragédie cachée derrière les barreaux

Prison centrale de Kondengui

Au cœur du pénitencier de Kondengui à Yaoundé, un récit bouleversant émerge, dévoilant des pratiques sexuelles troublantes dictées par des conditions de vie désespérantes. Dans les quartiers surpeuplés 8 et 9, où près de 3000 détenus vivent dans des conditions inhumaines, la survie prend des formes inattendues.

La misère se traduit par des actes de prostitution orchestrés par des détenus cherchant désespérément à combler leurs besoins vitaux. La faim tenaille ces détenus, les poussant à des extrémités impensables. Récemment, l’histoire tragique d’A.C. a mis en lumière la vulnérabilité des détenus, exposés aux prédateurs dans l’espoir de satisfaire leur faim.

La surpopulation carcérale aggrave ces réalités troublantes. Des quartiers conçus pour quelques dizaines de détenus se retrouvent souvent bondés. La distribution des lits devient un luxe, tandis que les plus démunis, surnommés les « Flottants », errent sans abri fixe.

Au-delà des tragédies individuelles, ces pratiques mettent en lumière les réalités complexes de la sexualité en prison. Privés de relations conjugales, certains détenus cherchent des exutoires clandestins pour satisfaire leurs besoins intimes, faisant émerger des réalités souvent taboues.

L’homosexualité, bien que prohibée, devient inévitable derrière les murs de Kondengui. Les détenus, privés de relations consensuelles, trouvent des solutions clandestines pour satisfaire leurs besoins intimes, formant des couples dans l’obscurité des cellules.

Face à ces pratiques, certains détenus tentent de s’abstenir, se résignant à la solitude ou à des relations platoniques. Cependant, la faim pousse à des échanges épistolaires frénétiques, mêlant déclarations d’amour et demandes financières pour subvenir aux besoins alimentaires.

Cette plongée dans l’univers carcéral de Kondengui soulève des questions cruciales sur la nécessité d’une réforme pénitentiaire, visant à préserver la dignité humaine même derrière les barreaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi