fbpx

Cameroun Actuel

Journée internationale des personnes handicapées : un appel à l’inclusion sociale dans les régions en conflit

Le Cameroun a rejoint le monde pour célébrer la 32e édition de la Journée internationale des personnes handicapées 2023, mais pour la majorité de cette catégorie de personnes vivant dans les régions en conflit du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, c’est une « double tragédie ».

Selon eux, le conflit armé de plus de 7 ans aggrave leur situation, car ils se retrouvent parfois pris entre les échanges de tirs, alors que certains d’entre eux ne peuvent pas marcher, entendre ou voir.

Dimanche 3 décembre 2023, certains de ces handicapés se sont rassemblés à Bamenda, la capitale de la région du Nord-Ouest, pour se joindre au monde entier dans la célébration de cette journée qui leur est dédiée. L’événement a réuni des personnes malvoyantes, des personnes handicapées physiques, des personnes atteintes de déficience mentale, des personnes malentendantes, des personnes polyhandicapées et des personnes atteintes d’albinisme.

Au cours de l’événement, ils ont exposé leurs artisanats et démontré leurs talents à travers le chant, la danse et d’autres disciplines, tout en partageant leurs difficultés.

Selon Kum Njie Desmond, Secrétaire général de l’Union sociale pour les malvoyants, vivre à Bamenda est un véritable cauchemar pour lui, qui est malvoyant.

« Depuis le début de la situation socio-politique, les personnes handicapées se retrouvent dans une double tragédie. Si vous pensez être pris dans des échanges de tirs, imaginez une personne à mobilité réduite ou ayant une déficience visuelle. Certains de nos collègues ont perdu la vie à cause de la crise socio-politique simplement parce qu’ils ne pouvaient pas s’enfuir. Certains ont même été brûlés vifs », a révélé Kum Njie.

Kum a ajouté que le conflit armé les a également plongés dans des moments difficiles, certains ayant perdu leurs petites entreprises à cause de la crise. Pendant ce temps, d’autres se sont retrouvés sans emploi.

Ngom Macelline, fondatrice de l’Association pour le Bien-être des Albinos, a également expliqué qu’ils ont été insultés, exclus et rejetés à plusieurs reprises simplement en raison de leur albinisme.

Ngom a également souligné le mythe entourant l’albinisme à Bamenda. Elle a déjà été privée d’une opportunité d’emploi simplement en raison de sa couleur de peau.

« Nous rencontrons beaucoup de difficultés et avec la crise, certains d’entre nous sont vulnérables au soleil. La plupart d’entre nous n’ont même pas d’emploi ou d’accès aux services médicaux. Même à la maison, certains frères et sœurs ne veulent pas s’associer aux personnes atteintes d’albinisme, certains enseignants sont ennuyés dans les écoles parce qu’ils ne veulent pas enseigner aux personnes atteintes d’albinisme. Personnellement, je suis allée pour une opportunité d’emploi et j’ai entendu un commentaire disant que ‘cette fille qui ne voit pas bien ne peut pas être employée ici’. C’est ainsi que j’ai perdu cette opportunité », a déclaré Ngom.

Ngom a ajouté que des commentaires insultants tels que « les gens qui ne voient pas pendant la journée, les personnes avec une alimentation spéciale » et beaucoup d’autres les ont traumatisés, les faisant se sentir exclus.

Besoin d’inclusion sociale

Ils appellent continuellement le gouvernement camerounais et la population à les aider en sensibilisant et en mettant en pratique l’inclusion dans l’emploi, l’éducation, la santé et l’intégration sociale.

Ce groupe de personnes plaide également pour que le gouvernement ou la population ne fasse pas les choses à leur place, mais qu’ils soient impliqués dans le processus pour améliorer les résultats.

La Journée internationale des personnes handicapées de cette année a été observée sous le thème « Unis dans l’action pour sauver et réaliser les objectifs de développement durable pour, avec et par les personnes handicapées ».

Selon le Délégué départemental des Affaires sociales pour la division de Mezam, Kwende Clif, le Cameroun comptait environ 3 487 200 personnes handicapées en 2017. Avec l’avènement du conflit armé, ces chiffres auraient doublé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi