fbpx

Cameroun Actuel

Joe Biden promet de rétablir le droit à l’avortement sur le plan national en cas de second mandat

Le président américain Joe Biden a placé la question de l’interruption volontaire de grossesse (IVG) au cœur de sa campagne pour les prochaines élections présidentielles. Cela fait suite à la décision de la Cour suprême du 24 juin 2022, qui a entraîné l’interdiction de l’IVG dans quatorze États des États-Unis.

Lors d’un déplacement en Virginie ce mardi 23 janvier, Biden a fait une promesse claire aux électeurs. Il a affirmé que s’il était réélu et obtient une majorité en novembre 2024, il travaillerait à rétablir le droit à l’avortement sur l’ensemble du territoire national. Cette déclaration intervient après l’annulation, en juin 2022, de l’arrêt fédéral Roe vs Wade par la Cour suprême, mettant fin à la garantie du droit à l’IVG sur l’ensemble du territoire depuis 1973.

La décision de la Cour suprême a donné aux États la liberté de déterminer leur propre politique sur l’accès à l’IVG. Quatorze États ont choisi d’interdire l’IVG sur leur territoire, créant ainsi une division importante sur cette question sensible au sein du pays.

Joe Biden a profité de l’occasion pour critiquer l’ancien président Donald Trump, attribuant à ce dernier la responsabilité de la perte de cette liberté en Amérique. Il a souligné les déclarations de Trump, qui s’est dit fier d’avoir contribué à l’annulation de la décision de la Cour suprême et a qualifié cela de « miracle ». Biden a dénoncé ces positions, affirmant que pour les femmes américaines, c’est un « cauchemar ».

La vice-présidente Kamala Harris a également exprimé son opposition à cette restriction lors d’un déplacement dans l’État clé du Wisconsin. Elle a dénoncé les propos de Trump, soulignant que pour des millions de femmes et de filles à travers les États-Unis, l’accès aux soins de santé sexuelle et reproductive reste une priorité cruciale. Dans plusieurs États, dont la Californie, l’État de New York et Washington, l’accès à l’IVG a été étendu, avec des protections pour les professionnels de la santé et les patients. Cette question continuera de susciter des débats et de mobiliser les électeurs dans la perspective des prochaines élections.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi