fbpx

Cameroun Actuel

Interdire toute relation sexuelle profs-élèves au postobligatoire

Les agriculteurs ont lancé jeudi soir simultanément à travers la Suisse romande un cri d’alarme. Leur SOS grandeur nature s’est matérialisé avec des tracteurs rassemblés dans des champs. Le prix du lait était la thématique particulière de cette nouvelle mobilisation.

Des rassemblements de tracteurs ont notamment eu lieu à Echallens (VD), Boudevilliers (NE), Perly-Certoux (GE), Vallon, Vaulruz et Lussy (FR), Saignelégier (JU), Reconvilier (BE) ainsi que dans quelques lieux en Suisse alémanique. Outre-Sarine, des mobilisations sont surtout prévues vendredi, comme dans le canton de Zurich.

« L’objectif est de mettre la pression sur les prix de nos produits », a indiqué à Keystone-ATS Arnaud Rochat, agriculteur à Bavois (VD) et instigateur du mouvement Révolte agricole Suisse via un groupe Facebook. « Mais le but est aussi que les gens nous voient et nous comprennent mieux », a-t-il ajouté.

Près d’Echallens, sur la route qui mène à Goumoëns-la-Ville, près de 250 tracteurs sont peu à peu arrivés en début de soirée en direction d’un champ pour former les trois lettres symboliques de l’appel au secours. Quelque 300 personnes étaient réunies sur place, autour d’un feu, à écouter plusieurs discours puis à griller des saucisses.

Présent, le conseiller national Jacques Nicolet (UDC/VD) a plaidé pour une hausse de 20% sur trois ans des prix des denrées agricoles. Il a aussi prôné une diminution de 50% des charges administratives qui incombent aux agriculteurs.

A chaque mobilisation sa revendication

Cette « révolte agricole » est également une façon de « donner de l’espoir et d’assurer un avenir serein à la nouvelle jeune génération de paysans qui est motivée », souligne encore Arnaud Rochat.

La manifestation sur sol vaudois devait être la plus emblématique de la soirée. Selon le porte-voix du mouvement, l’idée est désormais de mobiliser les paysans autour de revendications ciblées. Jeudi soir, c’est le prix du lait qui était au coeur des préoccupations en vue de la séance de l’Interprofession du Lait (IP Lait) prévue vendredi, où il sera question de la détermination du prix indicatif du lait.

« Les paysans demandent d’avoir des prix rémunérateurs sur le long terme pour que notre métier soit viable. Nous voulons être payés pour ce que l’on produit avec des prix qui prennent en compte nos charges. Il y a quand même un problème si le prix du lait est moins cher que l’eau en…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi