fbpx

Cameroun Actuel

Intelligence artificielle : Fame Ndongo ne partage pas les craintes des députes

Lors de l’examen en plénière du projet de loi portant « orientation de l’enseignement supérieur au Cameroun», quelques députés de l’opposition ont fait remarquer que ce texte ne parle pas de l’intelligence artificielle (IA) alors qu’il s’agit d’une révolution certaine.

Pour ces députés, il est urgent que le gouvernement n’occulte pas cette réalité et, bien plus, qu’il pense à protéger les enseignants et les enseignements. « Avec l’intelligence artificielle, un programme informatique complexe saura remplacer l’intelligence humaine. Bien plus, quel sera le comportement de l’enseignant face à ses étudiants qui n’hésiteront plus à se référer au ChatGPT pour trouver des réponses aux questions qui leur seront soumises au vu de leur évaluation réelle ? Que faire pour éviter la dérive ?« , s’est interrogée Marie Louise Ngueukam Tchuitcheu, élue de l’Union des mouvements socialistes (Ums) dans le département du Haut-Nkam (région de l’Ouest).

Jacques Fame Ndongo (photo), le ministre de l’Enseignement supérieur (Minsup), s’est voulu rassurant : « le système Lmd, l’enseignant n’est plus un omnipotent, omniscient et omniprésent qui sait tout. L’enseignant est un accompagnateur et c’est l’étudiant qui est au cœur du système. Le paradigme pédagogique a complètement changé. L’enseignant doit savoir que l’étudiant peut être mieux informé que lui grâce à la société de l’information. La plus-value de l’enseignant c’est son expérience. Il peut donc diriger, encadrer l’étudiant« .

Comme Marie Louise Ngueukam Tchuitcheu, l’IA préoccupe aussi le Social Democratic Front (SDF). Njong Evaristus Ndim, le député Sdf du département de Boyo dans la région du Nord-Ouest l’a fait savoir au Minsup. « Nous sommes déjà arrimés à cette intelligence artificielle dans les universités, sinon la digitalisation ne se ferait pas, or elle se fait. Chaque université a un centre de développement du numérique universitaire construit à hauteur de 2,5 milliards de Fcfa par la Chine, suite à un prêt concessionnel« , a ajouté Jacques Fame Ndongo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi