fbpx

Cameroun Actuel

Incendie destructeur à l’entrepôt de la Sodecoton à Maroua : des conséquences potentiellement néfastes sur l’industrie du coton au Cameroun

Une tragédie a frappé la Société de développement du coton (Sodecoton) ce 9 avril 2024 à Maroua, la capitale régionale de l’Extrême-Nord du Cameroun. Un violent incendie a ravagé un entrepôt de stockage de coton brut de l’entreprise, causant d’importants dégâts matériels et semant la panique dans la région.

Les flammes ont pris naissance en début d’après-midi, prenant rapidement de l’ampleur et se propageant à une vitesse fulgurante. Les efforts des sapeurs-pompiers ont été nécessaires pour contenir l’incendie après une lutte acharnée. Les causes exactes de cet incident restent à déterminer, mais les pertes subies par la Sodecoton sont considérables.

Le gouverneur de la région, Midjiyawa Bakari, s’est immédiatement rendu sur les lieux pour évaluer la situation et coordonner les mesures d’urgence. La Sodecoton, en tant que pilier de l’industrie cotonnière au Cameroun, joue un rôle crucial dans l’économie locale. Elle encadre plus de 160 000 petits producteurs et assure directement le gagne-pain de deux millions de personnes, contribuant ainsi à la sécurité alimentaire de la région.

Cet incendie survient à un moment critique pour l’industrie cotonnière camerounaise, déjà en proie à des difficultés ces dernières années. Selon le dernier rapport de la Commission technique de réhabilitation des entreprises du secteur public et parapublic, la production de la Sodecoton lors de la campagne cotonnière 2021-2022 a enregistré une baisse de 9% par rapport à l’année précédente. Cette diminution est notamment attribuée à des problèmes d’approvisionnement en engrais et pesticides, ayant entraîné une réduction des rendements.

Les conséquences de cet incendie pourraient aggraver la situation déjà précaire de l’industrie cotonnière au Cameroun. Les autorités locales et les acteurs du secteur devront travailler ensemble pour évaluer les dégâts, soutenir les travailleurs affectés et mettre en place des mesures pour relancer la production dans la région.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi