fbpx

Cameroun Actuel

Impossible d’être une fille sous les talibans, selon M. Yousafzai

Confiance dans la possibilité d’un compromis ou négociations « particulièrement difficiles » en vue sur les énergies fossiles: chacun fait ses paris au sixième jour de la COP28, alors que le jeu semble plus que jamais ouvert.

« C’est au coeur des négociations et je ne vois pas comment on peut atteindre un compromis qui n’inclurait pas des mots sur les fossiles », a dit à l’AFP le ministre danois du Développement et de la politique climatique, Dan Jørgensen.

« Bien sûr, ça semble difficile actuellement, mais d’un autre côté ça n’a jamais été un thème aussi central sur l’agenda donc je suis assez optimiste », a dit ce responsable, désigné par la présidence de la COP28 pour coordonner avec une ministre sud-africaine les discussions politiques sur le texte principal en négociation.

« Nous allons trouver, je suis confiant, un compromis qui va nous faire avancer dans la bonne direction », a jugé l’envoyé américain, John Kerry, sur la chaîne CNA.

La veille, le ministre saoudien de l’Energie avait jeté un froid en se disant « absolument » opposé à un accord portant sur une réduction des énergies fossiles, montrant à quel point les camps campent sur leurs positions traditionnelles.

Hypocrisie

Plusieurs pays en développement dénoncent, eux, l’hypocrisie des pays riches, Etats-Unis et Canada en tête, qui ne donnent pas assez l’exemple sur la sortie des énergies fossiles mais voudraient que les pays pauvres s’interdisent les hydrocarbures. Ils réclament des engagements d’aide financière bien plus conséquents pour aider les pays à investir dans les énergies renouvelables et la transition.

« Si un pays extrêmement pauvre découvre du pétrole, comment peut-on lui dire qu’ils ne peuvent pas y toucher, si personne ne les aide? », a déclaré à l’AFP le Cubain Pedro Luis Pedroso, président du groupe de pays en développement et émergents appelés « G77 et Chine », incontournable dans le bras de fer entre Nord et Sud.

La deuxième version du texte qui servira de base de discussion en vue d’une adoption d’ici à la fin de la COP28 a été rendue publique mardi à 05h00 heure locale. Il synthétise en 24 pages les différentes options poussées par les quelque 200 pays qui négocient fiévreusement à Dubaï.

Leurs divergences de vue se reflètent dans les différentes options laissées ouvertes sur la question essentielle de l’avenir des énergies fossiles. D’une « sortie ordonnée et juste des énergies…

[…]Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi